Archives de catégorie : Cinéma

Restauration numérique film Raul Ruiz sur la Loi Indienne de l’Unité Populaire

Pendant les années de l’Unité Populaire, la question de terre mapuche a eu une place importante dans le programme du gouvernement. Le cinéaste Raul Ruiz a enregistré une manifestation massive à Temuco en 1971 où Allende s’engage avec le peuple mapuche pour une nouvelle Loi Indienne. La seule copie de ce document filmique «Ahora te vamos a llamar hermano» se trouvait dans l’Archivo Storico delle Arti Contemporanee en Italie et avait été projeté pour la Biennale dans le programme de octobre 1974 « Témoignages cinématographiques sur le Chili » (Testimonianze cinematografiche sul Cile). Il a été restauré en Bologne en 2012. Au Chili il a eu son avant-première au 19° Festival International de Cinéma de Valdivia en 2012.

Fiche technique « Ahora te vamos a llamar hermano »

court métrage fiction
Format: 16mm
Duration: 20 min.
Date de réalisation: Chili (1971)
Autre titre : Désormais nous allons t’appeler frère
Réalisé par : Raoul Ruiz
Synopsis :

Le film a pour sujet la première loi proclamée par Allende à son arrivée au pouvoir. Cette loi fait des indiens Mapuchi des citoyens à part entière, bénéficiant de tous les droits. Manifestation de liesse de la foule et discours des indiens. Film tourné en 1 jour.

Scénario : Raoul Ruiz
Montage : Carlos Piaggio
Production : Citelco
Image : Mario Handler
Son : José de la Vega
Prix, Festivals : Venise 1974, Pesaro 1971, Madrid 1971, Londres 1971, Bruxelles 1971, Rotterdam 1972

Cinéma: Le Procès Pinochet

Genre : Documentaire
Origine : Français
Réalisateurs : Sarah PICK  et Fabien LACOUDRE

Année: 2015
Durée : 79 mn.

Ce film restitue les 8 jours d’audience du procès de la dictature du général Pinochet.Un document inédit et capital pour l’histoire, pour la mémoire et pour la justice.

Les réalisateurs parlent du projet:

« Le 8 décembre 2010 s’ouvre devant la cour d’Assises de Paris le procès dit Pinochet.
Treize responsables chiliens et un argentin sont jugés en absence pour arrestations et séquestrations accompagnées de tortures et d’actes de barbarie dans les cas des disparitions de quatre citoyens français au Chili sous la dictature du général Pinochet.
Au cours des audiences, près d’une trentaine de témoins mais aussi d’experts venus du monde entier défilent à la barre, reconstituant ainsi, de manière implacable, 37 ans après les faits, les circonstances de l’élimination des quatre citoyens français dans le contexte social et politique du Chili.
Alors qu’on recense officiellement 1 198 cas de disparition, 3 197 exécutés politiques et près de 30 000 cas de torture, les crimes de l’Humanité ayant eu lieu sous la dictature de Pinochet restent encore largement impunis au Chili. Pour la première fois, et au-delà des cas des quatre Français, c’est l’ensemble de la dictature et de l’appareil répressif mis en place par la junte militaire qui sont jugés lors de ce procès qui revêt une portée juridique importante sur l’avènement progressif d’une justice internationale. Impossible au Chili, un tel procès a pu être ouvert en France en vertu de la législation française, et en raison de la nationalité des quatre Français.
Etant donné la dimension historique et universelle de ce jugement – inédit, à l’instar des procès Barbie, Touvier et Papon, pour crimes contre l’Humanité – le président de la cour d’Assises ordonne son enregistrement pour l’histoire, la justice et la mémoire.
Le 13 mars 2013, à la demande de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), le Tribunal de Grande Instance de Paris délivre l’autorisation d’utiliser les archives filmées et donne son feu vert à leur diffusion dans le cadre de notre projet de documentaire.
En juillet 2013, les Archives nationales nous remettent plus d’une cinquantaine d’heures d’enregistrement, soit l’intégralité du procès.
Sur la cinquantaine d’heures d’archives ainsi récupérées, et après plus d’un an et demi de travail, nous avons réalisé un film documentaire de 79 minutes intitulé « Le Procès Pinochet ».
Sans ajouts de commentaires et sans voix off, « Le Procès Pinochet » reconstitue de manière très fidèle le déroulement du procès depuis son ouverture jusqu’à la lecture du verdict.
Le film forme un ensemble d’archives unique, un témoignage pour l’histoire et la mémoire des générations futures. »

Source : Le Procès Pinochet

Pour plus d’informations sur ce procès, voir le dossier sur site de la FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme).

Sortie en France du film chilien El Club

El Club : le film polémique sur l’Eglise chilienne

El Club film

El Club : le film polémique sur l’Eglise chilienne

Dans El Club, huis-clos de prêtres criminels, Pablo Larraín (qui dénonçait dans No la puissance du marketing) s’attaque à l’un des tabous de l’Eglise. Alors que les scandales de prêtres pédophiles se sont multipliés au Chili ces dernières années, le réalisateur dénonce la complicité des institutions catholiques, qui cachent les prêtres dans des maisons qui s’apparentent davantage à des résidences secondaires qu’à des lieux de pénitence.
Une impunité largement montrée dans le film, où aucun des quatre hommes d’Eglise ne montre de repentance envers ses crimes. Les contraintes sont légères et posées par une sœur qui se répand en sourires condescendants qui soulignent que « tout va bien ici ». Jardinage, courses avec le lévrier de la maison, tous paraissent libres et vides de toute remise en question.

Notre avis sur le film :

Le spectateur est pourtant bien vite happé par le flot du passé de ces hommes. Il prend la forme – presque d’une insupportable crudité – du témoignage d’un ancien enfant de chœur, victime des abus du dernier arrivé. Cette terrible litanie fera office de refrain au film, de plus en plus noir et violent.

[U]ne narration glaçante.

Car les coups aussi sont crus, brutaux, sans artifices esthétisants, pour quelques scènes qui mettent en images la tension et la violence intérieure des personnages.
Dans la brume partout présente, c’est un véritable procès de l’Eglise qui se tient. Pétri de haine, l’ancienne victime, transformée en brute à la personnalité ambiguë, promet de « faire un ragoût de curé« , tandis que le jeune prêtre envoyé en mission d’enquête se heurte au silence obstiné de ces pénitents qui croient encore incarner les valeurs catholiques. Deux Eglises se confrontent : la progressiste, qui tend à dialoguer avec la société et à lui avouer ses fautes, et la conservatrice, désireuse de garder ses secrets enfouis.

Lauréat d’un Ours d’Or au dernier festival de Berlin, El Club s’empare d’un thème rarement porté à l’écran et réussit le pari de dénoncer sans être catégorique, par le simple fait d’une narration glaçante.

On ne peut ressortir indemne de El Club. L’ambiance est pesante, les mots sont durs, la violence partout suggérée. Oserait-on dire que c’est trop en faire ? Peut-on reprocher la grandiloquence d’un film qui se veut avant tout un pavé jeté dans les marécages insalubres de l’Eglise chilienne ?

Source: http://publikart.net/el-club-le-film-polemique-sur-leglise-chilienne/#

Synopsis et infos :

Dans un village de pêcheurs, une maison accueille de curieux habitants : quatre curés, cachés par l’Eglise, font leur pénitence sous la surveillance d’une soeur. Accusés de pédophilie, ils sont à l’abri de tout. Jusqu’à ce qu’un commanditaire de l’Eglise vienne enquêter après le suicide de l’un d’entre eux…

Sortie : le 18 novembre 2015
Durée : 1h37
Réalisateur : Pablo Larraín
Avec : Alfredo Castro, Roberto Farías, Antonia Zegers
Genre : Drame

La Bande annonce :

RAOUL RUIZ – Agenda – Maison de l’Amérique Latine

RAOUL RUIZ

HOMMAGE

19 NOV 2015 À 19H, Maison de l’Amérique Latine (217, bd. Saint-Germain 75007 Paris)

A l’occasion de la parution du livre de Benoît Peeters et Guy Scarpetta :

  • Projection d’un court métrage inédit du réalisateur franco-chilien Raoul Ruiz, Colloque de chiens (1977, 22′)
  • Présentation du livre RAOUL RUIZ le magicien par les auteurs

Si Raoul Ruiz (1941-2011) est reconnu dans le monde entier, sa filmographie reste labyrinthique et les informations à son propos sont lacunaires et fréquemment erronées. Ce livre permet enfin de prendre la mesure d’une œuvre majeure du cinéma moderne.

Dans ses conversations avec Benoît Peeters, Ruiz évoque son parcours de manière vivante et paradoxale ; il se révèle également comme un penseur du cinéma aussi profond qu’original. Après un beau portrait du cinéaste, Guy Scarpetta analyse de manière approfondie neuf de ses films les plus importants.

Abondamment illustré, ce livre propose aussi des entretiens avec des actrices et acteurs : Anne Alvaro, Feodor Atkine, Arielle Dombasle, John Malkovich, Jacques Pieiller, Melvil Poupaud, Edith Scob, Christian Vadim, Elsa Zylberstein, ainsi qu’avec sa femme, la cinéaste Valeria Sarmiento.

en savoir + sur le livre

Artistes invités : Anne Alvaro, Feodor Atkine, Arielle Dombasle, Jacques Pieiller, Melvil Poupaud, Edith Scob

Source: RAOUL RUIZ – Agenda – Maison de l’Amérique Latine

Documentaire sur Allende gagne prix au Festival de Cannes

allende documentalLe prix « L’œil d’or » du Festival de Cannes 2015 revient à Marcia Tambutti Allende pour Allende, Mi abuelo Allende (Au-delà d’Allende, mon grand-père).   

Marcia Tambutti Allende présentait ce documentaire dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs. Au Chili, trente cinq ans après le coup d’État qui a renversé son grand-père, Salvador Allende,  elle retrouve les souvenirs familiaux, les images de leur vie quotidienne. Un passé intime qui lui est inconnu, enterré sous l’image politique d’Allende.

Scène du documentaire:

Source: Franceinter.fr

Ver noticia en español: Elmostrador.cl

« Allende en su laberinto », film de Miguel Littin

Voir interview de Miguel Littin à la chaine de télévision CNNchile (07/sept./2014):

Patricio Guzmán à la Berlinale 2015, Festival du Film de Berlin 64e édition

Patricio Guzmán, réalisateur chilien établi à Paris, a gagné ce samedi 14 Février l’ours d’argent – prix meilleur scénario- pour son dernier film « Le bouton de Nacre » (El botón de Nácar).

afiche el boton de nacar

Le bouton de Nacre est une histoire sur l’eau, le Cosmos et nous. Il part de deux mystérieux boutons découverts au fond de l’Océan Pacifique, au large des côtes chiliennes. Voir un résumé.

Voir la fiche technique dans l’Enciclopedia del cine chileno.

Voir aussi la participation du réalisateur sur le site officiel du Festival Berlinale.

« La dance de la réalité » de Alejandro Jodorowsky

Coproduction Chili -France-Mexique, le film « La dance de la réalité«  (2013) recrée la vie du réalisateur franco-chilien Alejandro Jodorowsky, notamment la période de son enfance dans sa ville d’origine Tocopilla, au nord du Chili.

Voir la fiche technique dans l’Enciclopedia del cine chileno

Voir aussi la bande annonce officielle:

Alejandro Jodorowsky et Pascale Montandon, face à leur public suite à la projection de « La Danza de la Realidad » (La Danse de la Réalité) au festival Utopia cinéma L’Ecran à St-Denis en Février 2014.

29 nov. 2014 journée nationale du cinéma chilien

Date choisie en commémoration de la disparition forcée de l’actrice Carmen Bueno et de son compagnon le cameraman Jorge Müller ayant eu lieu le 29 nov. 1974.

En cette année 2014, le Ciné club et la Cineteca de l’Université du Chili ont organisé la projection des prises de vue inédites que Jorge Müller a enregistrées à peine 5 jours avant sa disparition.

ImageServlet

Sur l’histoire de la tragique disparition du couple et la mise en place d’une journée du cinéma chilien , voir :
http://cinechile.cl/crit&estud-389

Sur la programmation des enregistrements inédits de J. Müller, voir :
http://www.icei.uchile.cl/agenda/107073/dia-del-cine-chileno-filmaciones-ineditas-de-jorge-muller

« El Mocito », Marcela Said et Jean de Certeau, 2010

Une vision, à partir de la remémoration des souvenirs de jeunesse, de ce que fut le fonctionnement des centres clandestins de détention et de torture durant la dictature. L’originalité de ce documentaire consiste à recueillir, non pas la parole des victimes, mais celle d’un très jeune collaborateur des organes de répression.

Voir fiche technique dans l’Enciclopedia del cine chileno.

« Calafate, zoológicos humanos », Hans Mülchi, 2010

Ce documentaire retrace le parcours entrepris par des habitants du Chili austral pour que les dépouilles de leurs ancêtres selk’nam, qui furent exposés à la fin du XIXe siècle dans des zoos humains -en l’occurrence à Zurich en Allemagne- soient rapatriés dans le Détroit de Magellan, leur lieux d’origine, afin d’y être enterrés.

Fiche technique détaillée dans l’Enciclopedia del Cine chileno.

« Nostalgie de la lumière », Patricio Guzmán, 2010

Documentaire qui croise la quête de l’astronomie sur la formation de l’univers et celle des familles des disparus qui, vingt-ans après la fin de la dictature, arpentent encore  le désert du nord du chilien, à la recherche des restes de leurs proches, victimes de disparition forcée et toujours introuvables, même à l’état de dépouille.

Le réalisateur recueille témoignage de la ténacité de ces femmes, abandonnées dans leur lutte par tous les pouvoirs en place -« nous sommes la lèpre du Chili » dit  l’une d’entre-elles. Patricio Guzmán, réussit ici une approche à la fois poétique et politique du passé traumatique chilien.  La parole et les images des témoins s’insèrent avec doigté dans une réflexion plus large sur le temps très long de l’astronomie, la voix off et les images de l’univers donnent une totale cohérence à un ensemble d’une beauté indéniable.

Premier documentaire d’une trilogie à venir, attendue avec impatience par les très nombreux fans de l’œuvre de Patricio Guzmán, dont nous faisons partie. Espérons que son travail bénéficie un jour au Chili de la reconnaissance dont il jouit au niveau international.

Voir fiche technique sur le website du réalisateur.

ARCHIVES, RÉSEAUX de RECHERCHE et COOPÉRATIONS