Archives de catégorie : Thèses sur le Chili

THÈSE RÉFORME DES TECHNOLOGIES ET RITUELS DE VOTE AU CHILI

Sujet: « Un Vote sans Voix. La réforme des technologies et rituels de vote au Chili (1823-1920) »

Auteur: René JARA

Domaine: Sciences Politiques, Territoire

Directeur: Olivier IHL

Etablissement: Université Grenoble Alpes

Année: 2016 (soutenue le 24 juin 2016)

Bientôt disponible sur le site theses.fr

Résumé: La plupart des analyses sur les institutions politiques chiliennes au XIX siècle, expliquent le succès de ce cas d’étude était la rapide consolidation d’un système électorale fortement légitime. On trouve couramment dans ces pages, la description des élections tout à fait régulières et correcte, avec un respect stricte du calendrier électoral et une forte légitimité dans les résultats. Tout s’est passe comme si les élections se sont déroulées en toute tranquillité et sous un allure de pleine civilité. Mais ce portrait n’est pas en concordance avec les nombreux rapports, en décrivent les multiples formes de corruption électorale présente à l’époque. Dans ce cadre, notre thèse s’interroge sur le rôle qui a joué les technologies et les rituels de vote moderne dans la construction de cette image idéalisé des élections pour ce cas d’étude. Ce travail raconte l’histoire d’une série de changements dans l’acte du vote, comme par exemple la suppression d’une forme primaire de carnet d’électeur, la création d’un registre électoral permanent, l’organisation du « pouvoir électoral autonome » ou l’introduction de certains équipements – l’enveloppe, l’isoloir, l’urne transparent. Notre thèse se focalisent dans l’étude de ces reforme aux technologies du vote dans la période 1874-1920. Dans la première partie nous m allons présenter, à partir d’un riche matériel empirique, un cadre général de l’acte de vote avant 1874. La seconde partie aborde les reformes en détaille, en gardant la vue sur les multiples reformes législatives et les équipements. On cherche aussi estimer les effets ou les conséquences des changements dans les pratiques électorales. Dans la troisième partie, on analyse les principales controverses qui vont émerger après la mise en place de ces réformes, à partir d’une analyse exhaustives de sources issues de la presse, les magazines et le débat parlementaires. La conclusion du travail tente d’établir une comparaison avec le présent, dans la perspective d’un possible introduction du vote électronique au Chili au moyen terme.

votogalloCréditos imagen: « Museo Histórico Nacional/Memoria Chilena ».

Séminaire du LIA MINES ATACAMA, Rennes et Brest, 2 et 3 mai 2016

Séminaire de recherche du LIA MINES ATACAMA

3è et 4è séances, Rennes-Brest 2 et 3 mai 2016

CERHIO UMR 6258 / Centre de recherches historiques de l’Ouest Centre F. Viète Brest EA 1161 / Centre François Viète d’Histoire des Sciences et Techniques Projet Fondecyt nº 1160963, Universidad Católica del Norte (Chili) / Chaire des Amériques IDA

La séance du 2 mai, au CERHIO à Rennes, sera consacrée aux thèses en cotutelle internationale du LIA MINES et à l’état d’avancement des recherches du programme en histoire et anthropologie

La scéance du 3 mai, au CFV à Brest, sera consacrée aux outils et expériences en humanités numériques et patrimoine industriel, ainsi qu’à et l’histoire et l’anthropologie des techniques dans l’Atacama. Elle aura lieu entre 14.30 et 17.00 hrs au CFV, Universite de Bretagne Occidentale, Brest

Le programme:

seminario LIA mai 2016

 

Thèse Animitas et espace public

Sujet: « Les animitas du Chili ou l’espace public de la ville contemporaine confronté à des croyances ancestrales conduisant à l’édification spontanée d’édifices pérennes »

Auteur: Gonzalo Lautaro Ojeda Ledesma

Domaine: Aménagement de l’espace, urbanisme

Etablissement: École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes), en partenariat avec Institut de Géoarchitecture (laboratoire), Brest.

Année: 2012

Disponible sur le site theses.fr

Résumé: De nombreux édicules appelés Animitas, souvent modestes mais parfois monumentaux, se remarquent au Chili, dans les villes et le long des routes, souvent en position incongrue eu égard aux logiques rationalistes qui prévalent désormais dans la gestion des territoires. Ils commémorent des décès tragiques, naturels ou violents, intervenus sur l’espace public. Élevés sans autorisation, dépourvus de statut laïc ou religieux, ils n’en tiennent pas moins un rôle majeur dans la perception et les pratiques populaires de l’espace, qu’ils viennent sacraliser sous diverses formes, sans contrarier la vie quotidienne. Les rares tentatives pour les détruire ou les déplacer ont échoué ou se sont avérées d’authentiques traumatismes, tant les Animitas contribuent à l’appropriation des lieux et à l’instauration d’une relation avec l’invisible recherchée par une grande partie de la population. Dès lors, on est fondé à s’interroger sur la manière dont l’urbanisme peut traiter un tel phénomène. Peut-il intégrer ces édicules imprévus et les pratiques afférentes, en tirer des servitudes ou des directives ? Peut-il, dans un état laïc et dans un droit fondé sur la raison, contrevenir à la fonctionnalité pour instaurer une approche socio-spirituelle ? La recherche a d’abord consisté à inventorier largement les Animitas du Chili, puis à s’attarder spécialement sur celles de Valparaíso, qui ont fait l’objet d’un recensement exhaustif. Ce matériau a permis de construire des typologies qui ont été confrontées au contenu d’entretiens réalisés auprès de constructeurs d’Animitas et de pratiquants. Ce qui a conduit à préciser les conditions de leur édification, de leur élévation à certains statuts et de leur évolution. Cette partie du travail a mis en évidence le recyclage de certaines croyances et pratiques pré-hispaniques ; elle a également permis d’esquisser des catégories d’où ont été tirées quelques hypothèses sur la stabilité du phénomène et la nécessité de le prendre en considération dans la gestion des villes contemporaines et du territoire chiliens.

Thèse quebradas Valparaíso

Auteur: Andrea Patricia Pino Vásquez
Domaine: Architecture, aménagement de l’espace
Etablissement: Université de Bretagne occidentale – Brest
Année: 2012
Langue:  français
Résumé : L’occupation illégale de terrains dans les quebradas et la construction de véritables quartiers populaires en dehors de l’ordre établi, trouve leur point de départ dans une crise structurale d’identité du logement social à Valparaiso, Chili. On ne peut pas considérer ces actions, comme une réponse mécanique à une carence. Il s’agit d’un processus social, étroitement lié aux rapports entre les forces sociales ; où la caractéristique essentielle est d’avoir construit un milieu résidentiel  » auto construit », dans l’illégalité. Par ailleurs, les quebradas comme unités territoriales et rémanentes naturelles se trouvent dans un processus constant d’occupation et de dégradation, puisqu’il n’existe pas de stratégies urbaines précises et particulières pour ce type d’environnement, en supposant qu’elles disparaîtront ainsi d’elles-mêmes, sans considérer les bénéfices qu’elles produisent pour toute la ville comme contrôleurs climatologiques. Alors dans ces conditions, quelles sont les valeurs propres des quebradas qui devront être prises en compte dans les approches futures d’urbanisation? Peuvent-elles être intégrées dans une planification urbaine particulière ? Les normes de construction en vigueur pourront être modifiées en poursuivant une intégration réelle à la ville et une administration intégrale de son patrimoine naturel? Pourront-elles devenir comme des parcs urbains qui incluent le logement social ? Nous parlerons de quebradas puisque l’usage courant à Valparaiso est d’utiliser ce terme pour désigner des petites vallées encaissées dès que l’on s’éloigne du la plaine littorale.