29 nov. 2014 journée nationale du cinéma chilien

Date choisie en commémoration de la disparition forcée de l’actrice Carmen Bueno et de son compagnon le cameraman Jorge Müller ayant eu lieu le 29 nov. 1974.

En cette année 2014, le Ciné club et la Cineteca de l’Université du Chili ont organisé la projection des prises de vue inédites que Jorge Müller a enregistrées à peine 5 jours avant sa disparition.

ImageServlet

Sur l’histoire de la tragique disparition du couple et la mise en place d’une journée du cinéma chilien , voir :
http://cinechile.cl/crit&estud-389

Sur la programmation des enregistrements inédits de J. Müller, voir :
http://www.icei.uchile.cl/agenda/107073/dia-del-cine-chileno-filmaciones-ineditas-de-jorge-muller

« El Mocito », Marcela Said et Jean de Certeau, 2010

Une vision, à partir de la remémoration des souvenirs de jeunesse, de ce que fut le fonctionnement des centres clandestins de détention et de torture durant la dictature. L’originalité de ce documentaire consiste à recueillir, non pas la parole des victimes, mais celle d’un très jeune collaborateur des organes de répression.

Voir fiche technique dans l’Enciclopedia del cine chileno.

« Calafate, zoológicos humanos », Hans Mülchi, 2010

Ce documentaire retrace le parcours entrepris par des habitants du Chili austral pour que les dépouilles de leurs ancêtres selk’nam, qui furent exposés à la fin du XIXe siècle dans des zoos humains -en l’occurrence à Zurich en Allemagne- soient rapatriés dans le Détroit de Magellan, leur lieux d’origine, afin d’y être enterrés.

Fiche technique détaillée dans l’Enciclopedia del Cine chileno.

« Nostalgie de la lumière », Patricio Guzmán, 2010

Documentaire qui croise la quête de l’astronomie sur la formation de l’univers et celle des familles des disparus qui, vingt-ans après la fin de la dictature, arpentent encore  le désert du nord du chilien, à la recherche des restes de leurs proches, victimes de disparition forcée et toujours introuvables, même à l’état de dépouille.

Le réalisateur recueille témoignage de la ténacité de ces femmes, abandonnées dans leur lutte par tous les pouvoirs en place -« nous sommes la lèpre du Chili » dit  l’une d’entre-elles. Patricio Guzmán, réussit ici une approche à la fois poétique et politique du passé traumatique chilien.  La parole et les images des témoins s’insèrent avec doigté dans une réflexion plus large sur le temps très long de l’astronomie, la voix off et les images de l’univers donnent une totale cohérence à un ensemble d’une beauté indéniable.

Premier documentaire d’une trilogie à venir, attendue avec impatience par les très nombreux fans de l’œuvre de Patricio Guzmán, dont nous faisons partie. Espérons que son travail bénéficie un jour au Chili de la reconnaissance dont il jouit au niveau international.

Voir fiche technique sur le website du réalisateur.