Chile en el siglo XXI. ¿Nuevos recorridos artísticos, nuevos caminos históricos?

chile-siglo-xxiLaetitia Boussard y Benoît Santini (eds.)
Piso Diez Ediciones
14×21 cms.
426 páginas
ISBN: 978-956-317-203-4
Ensayo chileno actual/ 2013
$18.000

En Chile, los cambios profundos que se han producido desde finales del siglo XX, junto con la elección de Ricardo Lagos en 2000, se insertan en un amplio marco de cambios artísticos, políticos, sociales y económicos mayores en el continente iberoamericano. Esta evolución actual incita a los diversos autores del presente volumen, coordinado por Laetitia Boussard y Benoît Santini, a proponer una reflexión global sobre el contexto chileno, entendiéndolo en un sentido múltiple y considerándose obviamente el contexto histórico, pero también los contextos sociales, así como artísticos o creativos. Los términos «recorridos» y «caminos» conllevan una idea de movimiento, progreso, evolución, aportes y originalidad con respecto a las épocas y corrientes anteriores.

Definir lo «nuevo» no es tarea fácil, dada la caducidad inherente al propio concepto, pero sugiere, en el ámbito artístico, la puesta en marcha de nuevas prácticas, la irrupción de nuevas corrientes o perfiles de creadores, así como la aparición de diversos registros de lengua y de inéditos procedimientos de creación. A su vez, las teorías y críticas actuales sobre el arte proponen nuevos enfoques en este dominio y tratan de redefinir lo que es el hecho artístico y literario. ¿Aparición, desaparición, o incluso rehabilitación de formas y contenidos artísticos e históricos? Nace un sinnúmero de preguntas y reflexiones de la confrontación entre estos conceptos que, aplicados al caso chileno, conducen a esbozar una visión plural de las tendencias actuales.

Annonce de mise en ligne 1- base de données ARCHIB

Ya está disponible en línea para consulta libre el documento de nuestra base de datos ARCHIB, que lista los archivos audiovisuales del INA sobre Chile desde el año 1933 hasta 1949.

Entre otros documentos de la época,  se encuentran referencias al gobierno de Gabriel González Videla, análisis de música y canto chileno, homenajes a Neruda y relatos de viajeros.

Disponible en nuestro Carnet en el siguiente link.

Séminaire, 3 déc. 2014, U. Paris Diderot, (In)justices sociales et inégalités. Le cas chilien [Online]

L’Association Française de Sociologie – GT 44 : Justice Sociale
en partenariat avec le
Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP) : Axe Théorie sociale et pensée politique vous invite à la séance du Séminaire sur
Justice Sociale
3 décembre, 17h – 20h
Université Paris Diderot, Rue Albert Einstein, 75013 Paris
Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 870

Diaporama présenté le jour du séminaire

 
« (In)justices sociales et inégalités. Le cas chilien. »
« Judgements about Inequality and Economic Elite among the Middle Classes : Discontents and Sociology of Critique »
par
 Emmanuelle BAROZET – FASCO, Universidad de Chile
et
Oscar MAC-CLURE – Universidad de Los Lagos
ByN_1Présentation (en français) du travail d’une équipe installée au Chili, qui a mis en place au cours des dernières années les études « Tolérance face aux inégalités : valorisations symboliques, classifications sociales et légitimation subjective » et « Du micro jugement critique à la critique systémique : pour une sociologie de la critique au Chili ». Ce travail (cf www.desigualdades.cl, site traduit en français), financé par la Commission chilienne de la recherche scientifique (CONICYT), rend compte des mécanismes qui contribuent à la justification des inégalités au Chili, ainsi qu’à la critique sociale qu’elles suscitent, depuis la subjectivité des acteurs. Plus que les inégalités elles-mêmes, amplement étudiées par la sociologie latino-américaine, ils analysent la justice sociale en tant que jugement subjectif porté sur les inégalités dans un double contexte de prégnance du modèle néolibéral et de contestation récente de l’ordre social de la part de divers mouvements sociaux. Le cas du Chili est dans ce domaine particulièrement intéressant, considérant qu’il s’agit d’un des pays qui a mis en place un système néolibéral avant son installation dans les pays anglo-saxons et ou les inégalités socio-économiques sont parmi les plus fortes en Amérique latine. Les classes sociales et les rapports de domination y sont donc plus marqués, mais il existe cependant depuis 2011 d’importants mouvements sociaux pour changer la donne sociale.
Sur la base des résultats de l’application de méthodes expérimentales en sciences sociales, ils analysent les critères de justice sociale qu’utilisent des « personnes ordinaires » en ce qui concerne les différences qui existent entre les membres de la société. Partant d’une inspiration libre de la méthodologie mise en place par Boltanski et Thévenot, « Finding one’s way in social space: a study based on games » (1983), ils ont voulu comprendre les manières de qualifier et de classer les « autres », qu’ils appartiennent à différentes strates de la société ou plus directement à l’élite économique, dans une situation concrète d’interaction sociale, ce qui permet l’expression de jugements sur les injustices sociales. Ils argumentent que les critères qu’avancent les « gens ordinaires » en ce qui concerne les différences sociales entre les individus s’éloignent des critères propres du discours néolibéral sur l’égalité des chances et s’inscrivent aussi dans une demande de justice procédurale.ByN_1