Archives par mot-clé : séminaire/seminario

info Paris: Fondation Maison des Sciences de l’Homme

24 février 2017, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Collège d’Études Mondiales.

LA GRANDE RUPTURE DU CHILI. INSTITUTIONALITÉ POLITIQUE ET ACTEURS SOCIAUX.

Manuel Antonio Garretón et Alain Touraine décryptent le système socio-économique du Chili

Geoffrey Pleyers invite Manuel Antonio Garretón (Université du Chili, Prix national des sciences sociales) et Alain Touraine (CADIS/EHESS), le 24 février, dans le cadre de son initiative « Mouvements sociaux à l’âge global« .

Au Chili, le système socio-économique est basé sur la domination de l’argent, du marché et des intérêts privé sur le politique, le commun et le social. Le système institutionnel et politique est construit pour préserver, reproduire et incarner ce principe dans les comportements collectifs et les institutions. C’est la contradiction et la crise structurelle de laquelle on ne peut sortir que par un changement profond et radical : le remplacement du modèle socio-économique et un nouveau système politico-institutionnel.

Autour du livre « La Gran Ruptura. Institucionalidad política y actores sociales en el Chile del siglo XXI », LOM, 2016  http://www.manuelantoniogarreton.cl/

Détails

Salle 3 | Le France | 190 avenue de France | 75013 Paris

24 février 2017 | 11h00

Accès libre

plus de info voir su le site: http://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/27853

 

Débat sur le réveil démocratique du Chili à l’IHEAL

Le réveil démocratique du Chili
Une histoire politique de l’exigence de justice
(1990-2016)
En présence de l’auteure Marie-Christine Doran
École d’études politiques, Université d’Ottawa
 
Débat animé par
Sébastien Velut – IHEAL
 
Commentaires
Camille Goirand – IHEAL
Yvon Le Bot – EHESS
 
avec la participation d’Alain Touraine
 
Jeudi 2 juin 2016 de 17h à 19h à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, 28 rue Saint Guillaume, 75007 Paris, Salle C
 
Le débat sera suivi d’un vin d’honneur
Inscription : iheal@univ-paris3.fr
Événement organisé par l’Institut des Hautes Études de L’Amérique latine (IHEAL) en partenariat avec Karthala Éditions.
Sorti de la dictature du général Pinochet en 1990, le Chili a été considéré comme un modèle pour sa transition, pour la stabilité de ses institutions démocratiques et sa réconciliation nationale. Comment alors comprendre la vivacité des revendications démocratiques qui, vingt ans plus tard, marquent encore l’actualité chilienne, et ce notamment depuis 2012 ? Qui sont les acteurs de cette nouvelle vague d’émancipation politique et pourquoi demandent-ils la transformation du modèle chilien, dénonçant une démocratie sans justice portée par les gouvernements de la transition et instaurée au nom de la peur du conflit social ? Les impacts de cette remise en question sont analysés ici à travers les moments marquants de l’histoire politique récente dont la clé de voûte est l’émergence, dans une partie de la population chilienne, notamment les jeunes, d’un vaste mouvement pour la justice. Pour l’écriture de cet ouvrage, Marie-Christine Doran s’est appuyée sur une documentation inédite, issue de multiples études de terrain et d’un vaste matériel d’interviews de 1990 à 2015. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage un portrait, souvent méconnu, de la vie politique contemporaine au Chili et du rôle fondamental joué par les droits humains.
reveildemochili

Séminaire, 3 déc. 2014, U. Paris Diderot, (In)justices sociales et inégalités. Le cas chilien [Online]

L’Association Française de Sociologie – GT 44 : Justice Sociale
en partenariat avec le
Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP) : Axe Théorie sociale et pensée politique vous invite à la séance du Séminaire sur
Justice Sociale
3 décembre, 17h – 20h
Université Paris Diderot, Rue Albert Einstein, 75013 Paris
Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 870

Diaporama présenté le jour du séminaire

 
« (In)justices sociales et inégalités. Le cas chilien. »
« Judgements about Inequality and Economic Elite among the Middle Classes : Discontents and Sociology of Critique »
par
 Emmanuelle BAROZET – FASCO, Universidad de Chile
et
Oscar MAC-CLURE – Universidad de Los Lagos
ByN_1Présentation (en français) du travail d’une équipe installée au Chili, qui a mis en place au cours des dernières années les études « Tolérance face aux inégalités : valorisations symboliques, classifications sociales et légitimation subjective » et « Du micro jugement critique à la critique systémique : pour une sociologie de la critique au Chili ». Ce travail (cf www.desigualdades.cl, site traduit en français), financé par la Commission chilienne de la recherche scientifique (CONICYT), rend compte des mécanismes qui contribuent à la justification des inégalités au Chili, ainsi qu’à la critique sociale qu’elles suscitent, depuis la subjectivité des acteurs. Plus que les inégalités elles-mêmes, amplement étudiées par la sociologie latino-américaine, ils analysent la justice sociale en tant que jugement subjectif porté sur les inégalités dans un double contexte de prégnance du modèle néolibéral et de contestation récente de l’ordre social de la part de divers mouvements sociaux. Le cas du Chili est dans ce domaine particulièrement intéressant, considérant qu’il s’agit d’un des pays qui a mis en place un système néolibéral avant son installation dans les pays anglo-saxons et ou les inégalités socio-économiques sont parmi les plus fortes en Amérique latine. Les classes sociales et les rapports de domination y sont donc plus marqués, mais il existe cependant depuis 2011 d’importants mouvements sociaux pour changer la donne sociale.
Sur la base des résultats de l’application de méthodes expérimentales en sciences sociales, ils analysent les critères de justice sociale qu’utilisent des « personnes ordinaires » en ce qui concerne les différences qui existent entre les membres de la société. Partant d’une inspiration libre de la méthodologie mise en place par Boltanski et Thévenot, « Finding one’s way in social space: a study based on games » (1983), ils ont voulu comprendre les manières de qualifier et de classer les « autres », qu’ils appartiennent à différentes strates de la société ou plus directement à l’élite économique, dans une situation concrète d’interaction sociale, ce qui permet l’expression de jugements sur les injustices sociales. Ils argumentent que les critères qu’avancent les « gens ordinaires » en ce qui concerne les différences sociales entre les individus s’éloignent des critères propres du discours néolibéral sur l’égalité des chances et s’inscrivent aussi dans une demande de justice procédurale.ByN_1

Le Chili au tournant du siècle, fin XIX-début XX, 9 oct. 2014, voir documents en ligne

2014_10_09_annonce séminaire_Chili_2 mapasPour voir l’annonce du séminaire en pdf, CLIQUEZ ICI


CLIQUEZ ICI : Pour consulter l’article en pdf de
Carlos OSSANDÓN BULJEVIC intitulé:
« Espacios públicos-privados e intelectuales », Revista Anales, Séptima serie, nº7, noviembre 2014, p.53-57.


CLIQUEZ ICI : Pour accèder à l’ouvrage de Álvaro Bello
Nampülkafe. El viaje de los mapuches de la Araucanía a las pampas argentinas