Archives de catégorie : Dans l’oeil du collectif

27-29.05.2024 La fabrique des relations internationales depuis les Amériques latines

Le colloque international se tiendra du 27 au 29 juillet 2024 au Campus Condorcet, à Aubervilliers.

Colloque d’histoire des relations internationales, “La fabrique des relations internationales depuis les Amériques latines” est avant tout un espace de discussion et d’échange. Visant à favoriser, autant que possible, des approches latinoaméricaines, en dialogue avec les relations internationales au niveau mondial, nous souhaitons réunir des intervenant·es spécialistes de l’Amérique latine ainsi que des chercheur·euses français·es davantage spécialistes thématiques que géographiques.

Plus d’informations sur https://al-fabrique-ri.sciencesconf.org/ 

***

Comité d’organisation : Giulia Calderoni, Simon Fagour, Flores Giorgini, Santiago Giraldo Arango, Elodie Lenoël, Manuel Suzarte, Anaïs Vidal-Jaumary

Co-porteur·euses : Juliette Dumont (CREDA, IHEAL, CFA), Fabien Archambault (CRIHAM, Paris 1) et David Marcilacy (CRIMIC, Sorbonne Université).

20.12.2023. Conférence Argentine, mémoires et actualités

Ce mercredi 20 décembre, à 18h45, nous assisterons à une conférence de Nadia Tahir en lien avec l’actualité récente en Argentine.

Nadia Tahir est maîtresse de conférences à l’université de Caen et auteure de Argentine – Mémoires de la dictature (Éditions Presses universitaires de Rennes, 2015). Elle participe au projet Citoyenneté(s), dont fait aussi partie notre collectif.

L’événement est organisé par les Amis du Monde diplo, à l’occasion de la récente élection de Javier Milei à la tête de l’État argentin. La rencontre sera suivi du repas de fin d’année.

Rendez-vous à 18h45, au Jeu de Paume, 12 rue Saint Louis, Rennes.

 

Mars-avril 2024 Llamado a contribuciones / Appel à contributions

PARA LITORALIZACION – REVISTA AUTOCTONIA

Comunicamos que Autoctonía. Revista de Ciencias Sociales e Historia, dependiente del Centro de Estudios Históricos de la Universidad Bernardo O’Higgins, prepara su próximo número Vol. 8, nº 2 (julio-diciembre 2024). Este numero estará consagrado a “La litoralización de las sociedades  del Pacífico Sur, s. XIX-XX”, y es coeditado por Matías Sánchez Barberán (EHESS/Mondes Américains, Francia) y Damir Galaz-Mandakovic Fernández (Universidad Catolica del Norte, Chile).

Fecha límite envío de manuscritos: 30 de marzo de 2024

PARA MIGRACION Y EPACIOS POLITICOS – REVISTA MACRO HISTORIA.

La revista Macrohistoria tiene el placer de invitarles a someter su artículos para su 6° número (julio 2024), dedicado a “Circulaciones, espacios y lenguajes políticos. Siglo XIX-XXI“. Macrohistoria es una revista independiente de Ciencias Sociales, fundada en 2021, editada y coordinada por el grupo Macrohistoria y Mundo actual desde México, Chile y Colombia.

Fecha límite envío de manuscritos: 12 de abril 2024.

16.10.2023 Paris-JE Chili: Le passé dans le présent, 2023-1970

Dans le cadre de la semaine universitaire, le professeur Olivier Compagnon et Manuel Suzarte organisent une Journée d’étude intitulée “Chili: le passé dans le présent, 2023-1970” le 16 octobre à de 14h à 18h45 . Cet événement aura lieu au Campus Condorcet – Bâtiment de recherche Sud – salle 0.033,  5 cours des Humanités, 93300 Aubervilliers.

10.10.2023 Toulouse- JE À 50 ans du coup d’état. Le Chili s’est-il “réveillé”?

Journée d’Études Internationales

« À 50 ans du coup d’État. Le Chili s’est-il “réveillé” »

mardi 10 octobre 2023, 14h/17h30

au Campus du Mirail, Maison de la Recherche , salle E412

Le programme est disponible ici.

Cet événement sera suivi de la présentation de l’ouvrage Découvrir la révolution chilienne 1970-1973 de Franck Gaudichaud : https://editionssociales.fr/catalogue/decouvrir-la-revolution-chilienne-1970-1973/), à la Librairie Floury Frêres (Toulouse), à 18h30. Ce livre sera presenté par l’auteur en compagnie de la sociologue franco-chilienne Emmanuelle Barozet (Université du Chili).

Dans le cadre de la semaine universitaire du Chili en France (Toulouse, Paris, Rennes) 09-16 septembre, pour plus d’infos voir notre site Hypothèses.

15.09.2023 Appel à communication JE La représentation de la femme chilienne – 1973-2023 Lorient UBS

Appels à contribution
 

Appel à contributions pour une journée d’études organisée le 15 septembre 2023 à l’Université Bretagne Sud. Date limite de l’envoi des propositions : 15 avril 2023.

Cette journée d’étude aura pour objectif d’analyser l’image de la femme au Chili de 1973 à 2023, à travers les textes juridiques, la presse, la littérature, le cinéma, les arts plastiques, les performances, les chants et en particulier les « cuecas », les discours politiques, afin d’en montrer l’évolution au cours des cinquante dernières années, entre héritage et création.

Les propositions de communication (en français ou en espagnol) doivent contenir le titre, le nom de lauteur et son affiliation, ainsi quun résumé de 1500 signes (espaces compris), et les mots-clés (4 à 6). Elles sont à envoyer à mariannick.guennec@univ-ubs.fr au plus tard le 15 avril 2023.

Une publication, après validation par le comité scientifique et expertise en double aveugle, est prévue dans une revue électronique.

Argumentaire:

Comment les femmes ont-elles gagné en visibilité entre l’ère pinochétiste et l’arrivée au pouvoir de Boric ? Qu’a représenté Michelle Bachelet, première femme présidente du sous-continent, élue en 2006 ? Quelle est cette « marée féministe » présentée par Franck Gaudichaud lorsqu’il analyse la manifestation du 8 mars 2019[1] ? Quels portraits dessinent les femmes à travers leurs revendications, depuis la lutte contre le régime militaire jusqu’aux mouvements actuels, qui font la part belle aux dénonciations concernant notamment le harcèlement, les discriminations y compris dans le domaine de l’assurance santé ou des salaires[2] ? Comment LasTesis, avec leur vidéo devenue virale « El violador eres tú », sont-elles à l’image d’une société en pleine évolution et des mouvements féministes divers qui ont surgi au Chili[3] ? Que représente cette « superwoman » qui défend le vote en faveur de l’approbation de la Constitution, aperçue sur un mur de Santiago dans le reportage « El estallido social » conçu par l’Institut Français du Chili ? Quelle image véhiculent les médias et avec quels objectifs[4] ? Quelles émotions sont associées aux femmes et en quoi rendent-elles compte du rôle qui leur est dévolu ?

Cette journée d’étude aura pour objectif d’analyser l’image de la femme au Chili de 1973 à 2023, à travers les textes juridiques, la presse, la littérature, le cinéma, les arts plastiques, les performances, les chants et en particulier les « cuecas », les discours politiques, afin d’en montrer l’évolution au cours des cinquante dernières années, entre héritage et création.
Une publication, après validation par le comité scientifique et expertise en double aveugle, est prévue dans une revue électronique.

[1] Gaudichaud, Franck, op. cit. , p. 79-81. Voir également Lamadrid Alvarez, Silvia et Benitt Narrete, Alexandra, « Cronología del movimiento feminista en Chile 2006-2016 », Revista Estudos Feministas, vol. 27, n° 3, Florianópolis, Centro de Filofia e Ciências  humanas e Centro de Comunicação e Expressão da Universidade Federal de Santa Catarina, 2019, 14p.

[2] Larrouqué, Damien, « L’éveil d’un nouveau Chili », S.E.R., novembre 2021, p. 17-27. Voir également Gaudichaud, Franck et Nogué, Axel « “Sans féminisme, il n’y a pas de démocratie” : réflexions sur le nouvel élan des mobilisations féministes au Chili », Revue internationale et stratégique, n °119 (2020), IRIS éditions, p. 107-116.

[3] Pavez Verdugo, Paulina, traduit de l’espagnol par François Reman, Carmen Rodriguez, « Une marée aux accents internationaux », La Revue Nouvelle, n° 5 (2021), p. 42-47.

[4] Voir Task Force Interamericano sobre Liderazgo de las Mujeres, Un llamado a la acción para impulsar el liderazgo de las mujeres y la democracia paritaria en las Américas, Washington D.C., 2022, 58p.

Cette journée d’étude aura pour objectif d’analyser l’image de la femme au Chili de 1973 à 2023, à travers les textes juridiques, la presse, la littérature, le cinéma, les arts plastiques, les performances, les chants et en particulier les « cuecas », les discours politiques, afin d’en montrer l’évolution au cours des cinquante dernières années, entre héritage et création.

Les propositions de communication (en français ou en espagnol) doivent contenir le titre, le nom de lauteur et son affiliation, ainsi quun résumé de 1500 signes (espaces compris), et les mots-clés (4 à 6). Elles sont à envoyer à mariannick.guennec@univ-ubs.fr au plus tard le 15 avril 2023.

Une publication, après validation par le comité scientifique et expertise en double aveugle, est prévue dans une revue électronique.

Informations pratiques

Vendredi 15 septembre
Auditorium
Maison de la recherche
Faculté Lettres, Langues, Sciences Humaines & Sociales
Lorient

source: https://www-actus.univ-ubs.fr/fr/index/actualites/faculte-lettres-langues-sciences-humaines-sociales/journee-d-etude-la-representation-de-la-femme-chilienne-1973-2023.html

13.12.2022 Note sur la journée du Lancement officiel de la Décennie Internationale des Langues autochtones

Par María Angélica García Hernández

Environ 40% des langues de la planète risquent de disparaître dans les décennies à venir. En réponse à cette situation alarmante, les Nations Unies et l’UNESCO ont proclamé une Décennie internationale des langues autochtones pour la période 2022-2032 (https://fr.idil2022-2032.org/). Le lancement officiel a eu lieu le 13 décembre 2022 au siège de l’UNESCO à Paris. Cette Décennie se positionne dans la lignée d’actions menées précédemment par l’UNESCO en faveur des Peuples et langues autochtones, comme l’Année internationale des langues autochtones célébrée en 2019 (https://fr.iyil2019.org/) ou encore, la mise en fonction en 2003 de l’Instance permanente sur les questions autochtones (SPFII).

Après avoir assisté au Lancement officiel de la Décennie, voici un résumé de la journée qui a donné lieu à des tables thématiques.

Commençons par un constat sur ce qu’est une langue. Pour de nombreux intervenants, une langue est incontestablement plus qu’un système de signes. Les langues portent en elles la mémoire des peuples, elles font partie des identités et permettent de faire perdurer des savoirs construits depuis des millénaires. À cette occasion, un participant a cité Virgina Haoa, de l’Académie rapanui, qui a dit que « c’est à travers notre langue que nous montrons qui nous sommes ». Comme l’ont réaffirmé les organisateurs de la journée, les langues autochtones sont un patrimoine de l’humanité. L’un des défis de la Décennie est que cette façon de concevoir les langues, devienne aussi une évidence pour tous les humains, et que nous nous sentions tous concernés par le danger qui encoure cette diversité. Comme l’a dit monsieur Mahmoud Abdullah Almahmoud,* (Arabie saoudite) : « we cannot imagine the world in one color, so we cannot imagine the world in one language ».  

Les représentants des États présents ont manifesté leurs engagements et partagé les actions concrètes qu’ils mènent pour maintenir la diversité linguistique de leurs pays. Comme la Ministre des Cultures, des arts et du patrimoine du Chili, madame Julieta Brodsky Hernández, qui a évoqué l’importance de réorienter le dialogue interculturel brandit par certains États, qui jusqu’à aujourd’hui considéraient que les efforts devaient provenir principalement des peuples autochtones. Elle a insisté pour que le dialogue interculturel soit désormais plus égalitaire, plus juste. D’autres représentants ont relevé l’importance capitale du rôle des langues pour faire valoir les droits des personnes. Comme l’a signalé madame Lola García-Alix,** lorsque le droit à l’usage de sa langue maternelle est bafoué, s’ensuive généralement la violation d’autres droits fondamentaux.

Des leaders autochtones, venus de plusieurs pays, ont salué la Décennie et exprimé leurs intentions d’action, ainsi que leurs attentes face aux défis à relever. Ils ont rappelé le rôle majeur des peuples autochtones eux-mêmes, de leurs luttes passées et revendications de longue date, dans les avancements en matière de visibilité, de droits et de reconnaissance. Monsieur Freddy Condo Riveros, membre de la SPFII, a dans ce sens parlé d’une dette historique de la part des gouvernements, notamment des pays industrialisés. Il a incité à une décolonisation des savoirs, afin que ceux des peuples indigènes puissent occuper une place juste dans les curricula universitaires, dans les programmes scolaires. Le plaidoyer de madame Gretty Vargas (Équateur)*** allait dans ce même sens en disant que « un pueblo cultiva conocimiento de la vida, de la vida para existir ». Plusieurs autres intervenants ont répété l’importance des savoirs ancestraux pour la vie, non seulement des peuples originaires, mais de toute l’humanité.

Propre à l’ère actuelle, la question des outils digitaux a aussi été discutée. Le « data gap » qui prédomine chez les peuples autochtones doit être supprimé pour un accès égalitaire aux ressources numériques. Ceci afin qu’ils développent eux-mêmes des projets linguistiques et avec des outils qui leur permettent de produire du contenu de bonne qualité. Nous avons eu l’exemple donné par monsieur Elfego Riveros Hernández**** (Mexique) qui œuvre dans son pays pour que « las radios indígenas dejen de ser pocas, pequeñas y pobres » et puissent opérer avec des outils et méthodes qualitatifs, au même titre que les grandes stations, ceci avec un support financier et institutionnel digne, « para que las comunidades indígenas puedan tener voz e imagen propia ».

Enfin, nous espérons en 2032 être témoins d’un bilan très positif en faveur de la promotion, valorisation et revitalisation de la diversité linguistique, mais aussi de la documentation de ces langues, de la mise en valeur des savoirs et mémoires qu’elles véhiculent. Et surtout, d’un réel acheminement vers un « empowerment of indigenous peoples », c’est-à-dire d’une situation d’oubliés et relégués historiquement à une réelle autonomisation. 

Quelques ressources pour en savoir plus :

*Chef, Secteur de la planification et des politiques linguistiques, Académie mondiale du Roi Salmane pour la langue arabe

** Conseillère principale, Gouvernance mondiale, Groupe de travail international pour les affaires autochtones (IWGIA)

*** Secrétaire d’État. Secrétariat de gestion du développement des peuples et nationalités

****Président, AVERCOP A.C. et fondateur de Radio Teocelo

20.10.2021 Coloquio: Anatomía y derivas de una revuelta (18-Octubre, Chile)

La carrera de Sociología de la Escuela de Sociología y Trabajo Social UAHC y el Departamento de Sociología de la U. de Concepción, invitan al ciclo de coloquios y conversaciones: Repensando y proyectando la revuelta del 18 de octubre. El objetivo es reflexionar sobre los acontecimientos y las repercusiones que este hito tiene para la política, y especialmente para la participación en nuestro país y también en América Latina.

La explosión social que se vivió en Chile a partir del 18-O se podría denominar de muchas maneras: un estallido, explosión o revuelta social, o bien una “rebelión antineoliberal” como señala el Movimiento Revolucionario 18 de octubre (2020). Pero lo que caracterizó a esta movilización es ser la primera revuelta/estallido social y político desde el inicio del llamado proceso de transición a la democracia, cuestión que no se veía desde las protestas nacionales durante los años ochenta en plena dictadura militar.

Los encuentros, coloquios y conversaciones de esta convocatoria buscan profundizar en la comprensión de los procesos de levantamientos y protestas originadas desde este hito aportando al debate sobre las causas que dieron origen, a las características de los/as participantes y de la acción política que se desencadenó, como también, reflexionando sobre lo que depara para la política chilena. Si se acepta una hipótesis de que estamos viviendo un proceso de repolitización de la política en el marco de un proceso de despolitización, pero que corre por otros carriles, apartándose de las líneas más tradicionales  de participación política, cuestión que estaría generando un quiebre en las relaciones entre movimientos sociales y partidos políticos, avanzando quizás, hacia un nuevo ciclo de la política en Chile que deja atrás el llamado “proceso de transición”.

Coloquio: Anatomía y derivas de una revuelta (18-O)
Participan:

Kathya Araujo. Dra. en Estudios Americanos y licenciada en Psicología con mención en Psicología Clínica.

Es directora del Núcleo Milenio Autoridad y Asimetrías de Poder (NUMAAP) e investigadora de la Esfera Familia y del Área Teoría y Política del mismo centro. Sus áreas principales de interés e investigación son sociología de las normas, procesos de individuación y configuración de sujeto, teoría social y psicoanálisis.  Autora de “Las calles. Un estudio sobre Santiago de Chile” (LOM, 2020), “Hilos tensados, para leer el octubre chileno” (Colección IDEA USACH, 2019), “El miedo a los subordinados, Una teoría de la autoridad” (LOM, 2016); “Desafíos comunes. Retrato de la sociedad chilena y sus individuos. Tomo I. Neoliberalismo, democratización y lazo social” (LOM, 2012 con D. Martucelli) y “Desafíos comunes. Retrato de la sociedad chilena y sus individuos. Tomo II. Trabajo, sociabilidades y familias” (LOM, 2012 con D. Martuccelli).

Constanza Michelson. Psicóloga UDP. Psicoanalista y Magíster en Psicoanálisis. Columnista y escritora.

Actualmente trabaja sobre el vértice entre psicoanálisis, crítica cultural y análisis político. Ha escrito columnas y ensayos en La Tercera, The Clinic, Revista Santiago, CTXT (España), Revista Polvo (Argentina), NYT (en español). También es autora de “50 Sombras de Freud: laberinto de amor y sexo”, “Neurotic@s: bestiario de locuras y deseos contemporáneos”, “Hasta que valga la pena vivir: ensayos sobre el deseo perdido y el capitalismo del yo” y “Una falla en la lógica del universo: cartas desde la cornisa”, escrito junto a la filósofa Aïcha Liviana Messina.

Moderan:

  • Rodrigo Ganter, sociólogo U. de Concepción.
  • Raúl Zarzuri, jefe carrera de Sociología UAHC.

Patrocina:

Proyecto VRID U de Concepción Multidisciplinario: “Subjetividad política y nuevos activismos en el ciclo político post 18-0 en Chile”-

Colaboran:

  • Departamento de Ciencias de la Comunicación, Universidad Católica de la Santísima Concepción.
  • Departamento de Ciencias Sociales, Universidad Bernardo O´Higgins.
  • Observatorio Latinoamericano de Activismos y Subjetividad Política.

Fuente: http://www.academia.cl/comunicaciones/agenda-eventos/coloquio-anatomia-y-derivas-de-una-revuelta-18-o

Sigue la actividad a través de YouTube Live de la Academia: www.youtube.com/uacademia

Para registrarte pincha acá

 

22.04.2021 Table ronde “Luttes, résistances d’artistes en Amérique Latine : études de cas, résurgences”

Table ronde organisée par Mildred Duran et Sandrine Ferret le jeudi 22 avril, 10h00-14h00, salle recherche UFR ALC, bâtiment B, Université Rennes 2.

Jeudi 22 avril 2021, 10h00-14h00:

Lien zoom : https://zoom.us/j/91880495563?pwd=QWFRckE4OTFnTjE3Z2RHalh1dldMZz09

Pour plus d’information voir le Carnet de recherche de l’équipe PTAC (Rennes 2)

Le programme:

10h00 : Présentation de la journée, Mildred Duran, Sandrine Ferret.

10h15 : Sandrine Ferret : Alfredo Jaar, Les oubliés de l’histoire.

Entre 1994 et 2000 Alfredo Jaar, développe son projet sur le Rwanda, dans ce travail il s’interroge sur la manière dont les médias occidentaux ont durant plusieurs semaines passées sous silence ce drame qui a fait plus de 800000 victimes, puis comment ils ont stigmatisé celles-ci lorsqu’ils ont finalement décidé de révéler l’ampleur du drame. Pour Alfredo Jaar, l’image médiatique manque à informer, ce à double titre, parce qu’elle est absente quand il s’agit de parler des populations du sud, et parce qu’elle déborde de présupposés colonialistes quand elle est affichée. Pour tenter de résister à cela Alfredo Jaar développe dans The Rwanda project une stratégie d’effacement de l’image, au profit de la lumière, du texte et de la mise en scène. 10 ans plus tard, appelé pour rendre hommage aux disparus de la dictature chilienne l’artiste reprend cette stratégie, mais ici sa posture est différente, Chilien, lui-même victime de la dictature de Pinochet, il entreprend de restaurer une mémoire collective dans un musée appelé : Musée de la mémoire et des droits de l’homme.

10h45 : Javier Dominguez : Art et Politique : Esthétique de la révolte dans le Chili contemporain.

Depuis octobre 2019 le Chili connaît une ère de révoltes sans précédents, en refus d’un modèle économique social et culturel étant perçu comme caduque. Dans un climat de violences policières, ainsi que des violations massives et soutenues des Droits Humains, ces dernières révoltes semblent marquer un point de non-retour. Dans ce contexte de changement, de destruction créative et de mouvement perpétuel des schémas imposés, quelles sont les manifestations artistiques et culturelles prédominantes dans cette période ? Cette rencontre vise à partager un point de vue sur la question esthétique des événements de transformation en cours.

11h15 : Elodie Chabaud : L’intervention artistique collaborative comme manifestation de résistance au Chili durant le soulèvement populaire de 2019-2020 : les propositions de Las Tesis et de FUEGO Acciones en Cemento.

Depuis le mois d’octobre 2019, le Chili vit une crise sociopolitique qui débute par un soulèvement populaire massif en réponse aux inégalités qui touchent tous les secteurs de la société, à la montée de la répression policière, mais aussi à une justice sociale inopérante. Dans ce contexte, nous avons pu observer un grand nombre de manifestations artistiques dans l’espace public, comme formes d’expression des idées contestataires, émanant souvent de processus d’organisation collaborative. Comment les collectifs artistiques investissent-ils l’espace public urbain pour mettre en lumière les revendications du peuple, et rompre avec les formats habituels d’organisation de l’intervention artistique ? Quels échos ces démonstrations de résistance ont elles suscité auprès de la population locale, nationale et internationale ? Nous analyserons deux interventions artistiques pluridisciplinaires présentées à Valparaíso, qui placent le collectif aucœur de l’espace public et donnent voix aux luttes des femmes et groupes dissidents.

11h 45 : Échanges

12h-13h Pause

13h : Mildred Duran : Déceler, convoquer, partager, quelques stratégies d’artistes et leur rapport aux mouvements sociaux en Colombie.

En partant de différents types d’actions collectives et de ce qui caractérise ou définit les mouvements sociaux (Della Porta et Diani, 2006), il est question d’étudier ce qui anime les artistes à s’interroger sur les rapports entre art et politique, à interagir avec des mouvements sociaux ou avec des initiatives de protestation sociale, à comprendre les luttes multiples qui les provoquent dans un contexte baigné par la violence chronique du conflit armée en Colombie. Qu’est-ce qui pousse les artistes à s’intéresser aux luttes sociales ou à déclencher des projets d’action collective spécifiques ? Au-delà de la simple contestation ou de la provocation, quelles sont les stratégies que ces artistes privilégient dans leurs pratiques ? Quels sont les mécanismes qu’ils adoptent afin de créer, de nouer et de consolider des rapports et des expériences collectives avec différentes populations ? Nous tenterons de répondre à ces questions à travers l’analyse des propositions de Raphaël Faön et Andrés Salgado, de Doris Salcedo et de Liliana Angulo qui convoquent, partagent ou invitent à une expérience et une réflexion critique en dépassant les limites esthétiques.

13h30 : Camille Malderez : Résurgence du mouvement anthropophage.

À partir du numéro spécial de la revue The Brooklyn Rail, qui a consacré son numéro ce mois-ci au mouvement anthropophage, demandant notamment à 8 artistes de créer en repensant le mouvement anthropophage en résistance à la situation actuelle, cette communication interrogera la résurgence du mouvement anthropophage dans l’actuel contexte politique Brésilien. 

14h Échanges et clôture

Sur les intervenants:

Élodie Chabaud est chargée de l’action culturelle au sein de l’association L’Âge de la tortue (Le Blosne, Rennes), enseignante et chercheuse indépendante. Diplômée en interculturalité et en gestion de projets culturels avec un mémoire de Master sur le modèle d’action culturelle du Parque Cultural de Valparaíso, Chili (Université de La Rochelle). Elle a travaillé de 2013 à 2019 en tant que chargée de projets culturels et de médiation artistique au sein de diverses structures d’éducation populaire et de diffusion artistique à Valparaíso (Balmaceda Arte Joven, Puerto de Ideas, Parque Cultural de Valparaíso). En 2019, elle a développé un projet participatif de médiation artistique autour des arts visuels centré sur les droits culturels des séniors dans le cadre du projet « Gaudí en Valparaíso ». Récemment installée à Rennes, elle s’intéresse particulièrement à la mise en pratique des droits culturels, aux dynamiques socio-culturelles liées à l’art, et aux mouvements sociaux et féministes du Chili.

Mildred Durán est historienne de l’art, critique d’art et commissaire d’exposition. Ses recherches portent sur l’art et violence, les rapports interculturels et les pratiques performatives en privilégiant l’étude des expressions de l’art extra-occidental. Chargée de cours en Histoire de l’art au Département d’arts plastiques à Rennes 2, elle est chercheuse associée à l’EA 7472 PTAC et est membre du comité de rédaction international de la revueInter art actuel.

Sandrine Ferret est professeure des universités à Rennes 2, directrice de l’EA 7472 Pratiques et Théories de l’Art Contemporain, ses travaux portent sur la photographie document, ils interrogent en particulier son rôle politique dans les processus de restauration de mémoires collectives défaillantes.

Javier Dominguez a une formation de plasticien à l’université Rennes 2, il est aussi mécanicien de bicyclettes. De nationalité chilienne, il questionne, depuis le début de son parcours, les limites plastiques de la danse. Parmi ses recherches on trouve 6665, EFPOFIFION(2013) ; la chorégraphie Étude Publique Nº2, (Midi pile, 2015) ; Trois Étalons, FACT’ION – PERFORMANCE, (2018). Il a été le commissaire de l’exposition itinérante Valparaíso-Caminante(2009-2011) ; co-commissaire de l’exposition Un peu de ce n’importe quoi nécessaire(2014), co-commissaire de l’exposition monographique Harun Farocki, Screenshot, (2017) entre autres. Depuis mars 2019, il est directeur audiovisuel et chercheur au sein du projet El Cuerpo Es Presente, dont le sujet principal est la question de l’improvisation en danse. Lors des révoltes chiliennes d’octobre 2019, et en conséquence de ces dernières, il participe à la création de l’École Populaire d’Arts et Métiers d’Olmué au Chili, qu’il dirige jusqu’en octobre 2020. Actuellement il travaille à la création et à la direction artistique de l’œuvre de danse Querido Antropoceno, financée par le Fond Chilien de la Culture (FONDART).

Camille Malderez est actuellement doctorante à l’EA 7472 PTAC, sa thèse Regards croisés France BrésilÉchanges et influences des mouvements anthropophages cherche à établir si ce mouvement conceptuel brésilien connait des résurgences dans les pratiques artistiques contemporaines, en particulier dans le contexte politique actuel du Brésil. Sa codirectrice de thèse Regina MELIM, est professeure à l’UDESC, à Florianopolis au Brésil. 

Santiago : CONFÉRENCE : « PINOCHET, L’EGLISE ET LA QUESTION GAY » DE FRÉDÉRIC MARTEL

La conférence en français Pinochet, l’Eglise et la question gay animée par Frédéric Martel, écrivain et journaliste, auteur de l’ouvrage Sodoma: Enquête au coeur du Vatican (2019), aura lieu lundi 15 avril, 19h00 à l’ Institut français du ChiliActivité en français, entrée libre dans la limite des places disponibles.

Dans son ouvrage, Frédéric Martel soutient que l’Eglise est “une institution formée majoritairement d’homosexuels” suite à une enquête de quatre ans durant laquelle le journaliste a interrogé de nombreux cardinaux, évêques, séminaristes et des personnes proches du Vatican.

Frédéric Martel en el programa de televisión Cadena Nacional, Via X, abril 2019

FRÉDÉRIC MARTEL 

Écrivain et journaliste français, Frédéric Martel est docteur en Sciences sociales (thèse à l’EHESS). Il a été attaché culturel à l’Ambassade de France aux États-Unis et en Roumanie, « visiting scholar » à Harvard et a enseigné à l’ESSEC, au MBA d’HEC et à Sciences-Po Paris

Il est l’auteur de dix livres dont De la Culture en Amérique (Gallimard, 2006), Mainstream, Enquête sur la guerre globale de la culture et des médias (Flammarion, 2010) et SmartEnquête sur les internets (Stock, 2014). Ces livres ont été traduits dans une dizaine de langues et une vingtaine de pays.

Frédéric Martel anime chaque dimanche « Soft Power » sur France Culture. Il est aussi grand reporter à Slate.fr

Comme chercheur, Martel est « Senior Research Fellow » à l’université ZHdK de Zurich où ses sujets de recherche sont la politique culturelle, le soft power, les industries créatives, les médias et Internet. Auparavant, il a été chercheur au CERI (Sciences-Po Paris) et expert auprès de la Commission européenne, où il a fait partie de la task force culturelle du président de la Commission de l’Union Européenne, « New Narrative for Europe ».

Son nouveau livre Sodoma, Enquête au coeur du Vatican (Robert Laffort, Fev 2019) vient de paraître dans une dizaine de langues (français, italien, anglais, espagnol, portugais, polonais, roumain, néerlandais etc.). Cinq nouvelles traductions sont en cours (allemand, slovène, croate, portugais du brésil, bulgare). Au total, le livre sort dans une quarantaine de pays.

Sodoma (In the Closet of the Vatican en anglais et portugais) est n°1 des ventes en France, au Portugal et au Canada (Québec). Il est dans toutes les listes de best-sellers en Angleterre, Irlande, Australie, Belgique, Suisse, Canada (anglophone) et Pays-Bas. Le livre vient d’entrer dans la liste des best-sellers du New York Times aux États-Unis. http://fredericmartel.com/bio-fr/

source: Site Institut Français Chili http://www.institutofrances.cl/portal/fr/evento/conferencia-en-frances-pinochet-leglise-et-la-question-gay-de-frederic-martel/