Archives de catégorie : Nos manifestations scientifiques

Journée d’étude internationale. rituels festifs en amérique latine, débordement, contention, ordonnancement (27 septembre 2019, rennes)

Le vendredi 27.09.19, s’est déroulé à Rennes la journée d’étude internationale « Rituels festifs en Amérique Latine », qui fut l’occasion d’explorer les nouvelles dynamiques des célébrations se déroulant dans le continent américain, depuis l’anthropologie et l’histoire. Ci-joint le programme de la journée.

Programme-JE-27.09.2019 Programme JE 27.09.2019 – Rituels Festifs en Amérique Latine

21 Nov. 2019 : projection « El terremoto del tiempo »+ Table ronde et débat sur le Chili

Le jeudi 21/11/2019, à Rennes 2, à partir de 17h, aura lieu la projection du long métrage El terremoto del tiempo de Gian Marcos Godoy. La projection sera suivie d’une table-ronde sur les événements récents au Chili, qui sera aussi le lieu d’un débat avec le public. L’événement se déroulera en amphi L3, bâtiment L. 
 
Ci-joint l’affiche de l’événement
 
 
Fiche technique:
 
« El terremoto del tiempo » (Le séisme du temps),
de Gian Marco Godoy (2018)
long-métrage/ documentaire, 103 min.
 
La invasión del occidente europeo ha impuesto una concepción de tiempo lineal a la cosmovisión circular de los pueblos indígenas de Latinoamérica. Desde el régimen militar de la colonia hasta la instauración de las repúblicas del siglo 19, la resistencia cultural y territorial del pueblo Mapuche frente a la República de Chile simboliza una tectónica de placas divergentes que se enfrentan. Ensayo documental sobre el terremoto, la república, los ancestros, la minería, y el tiempo como símbolos de las identidades Chilena y Mapuche girando paralelamente en sentido inverso.
 
 
Pour voir la bande annonce du film sur Vimeo: https://vimeo.com/278747833
 
 
 

Conférence « Tras la ruta del ORO », José Manuel Zavala, U. de Chile, (18 sept. 2019)

18/09 /2019. Campus Villejean,  Rennes 2.  15h, salle E311.

Tras la ruta del Oro: los habitantes de La Araucanía -Chile- frente a la ocupación española del siglo XVI

En esta conferencia se exponen los primeros avances de una investigación interdisciplinaria en curso que desea entender más profundamente las dinámicas socioculturales que se dieron en el territorio mapuche de la Araucanía (Chile), durante el siglo XVI en torno a los placeres auríferos. La ausencia, hasta ahora, de evidencias históricas claras que permitan corroborar empíricamente la gran importancia que – a todas luces – tuvo la actividad aurífera en la colonización hispana del sur chileno durante el siglo XVI, plantea un problema que requiere una relectura antropológica del registro histórico, el estudio arqueológico de sitios de lavaderos de oro y una revisión de la cuestión de la relación entre los mapuche y el mundo andino.Si el motor de la colonización hispana del sur chileno fue el oro, entonces siguiendo la pista del oro, podremos reconstruir mejor las características de aquella sociedad que fue la base de sustentación de dicho proyecto y las consecuencias que la actividad aurífera tuvo en ella. Nuestra hipótesis plantea que las condiciones ya estaban dadas para garantizar el éxito de la rápida instalación hispana al sur del río Biobío por, al menos, tres razones: por la existencia de comunidades agrícolas numerosas, complejas y federadas capaces de proporcionar la base alimentaria y la mano de obra indispensables al proyecto colonizador; por la operatividad de un sistema de vías terrestres preexistente que conectaba gran parte del centro y sur chilenos, incluidos tramos fluviales, lacustres y marítimos y, por último, por el conocimiento previo de yacimientos auríferos

 

 

Vista previa de imagen

Rennes : Soutenance HDR « Mouvements sociaux, syndicalisme et champ politique au Chili et en Amérique Latine, XX°-XXI° siècles (déc 2018 »

Nous le plaisir de vous transmettre l’invitation de Franck Gaudichaud de l’Université de Grenoble à sa soutenance d’HDR qui aura lieu :

Lundi 3 décembre 2018 à 14H30 à l’Université Rennes 2, Campus Villejean – bâtiment T, Amphi T

Son travail s’intitule: « Mouvements sociaux, syndicalisme et champ politique au Chili et en Amérique Latine (XX° – XXI° siècles) ».

Cette habilitation est composée de trois volumes

–       Volume 1 – Synthèse du parcours d’enseignant-chercheur (206 p.)

–       Volume 2 – Travail inédit intitulé : « Revitalisation syndicale et conflits du travail en contexte néolibéral : étude de l’Union portuaire du Chili (2014-2016) » (395 p.)

–       Volume 3 – Sélection de publications (315 p.)

Le jury d’habilitation est composé de:

M. Gérard Borras (Université Rennes 2)

M. Luc Capdevila (Université Rennes 2)

M. Olivier Compagnon, rapporteur (IHEAL – Université Paris 3)

M. Enrique Fernández D. (Université Paris 8)

Mme. Françoise Martinez, rapporteure (Université Paris 8)

Mme. Jimena Obregón I., garante (Université Rennes 2)

M. Miguel Urrutia F., rapporteur (FACSO – Université du Chili)

Résumé de l’inédit

La recherche sur les conflits sociaux dutravail et autravail, et plus particulièrement de l’une de ses gammes majeures, l’action syndicale, connait un renouveau certain depuis quelques années que cela soit en histoire, science politique ou en sociologie. Les analyses sur le néolibéralisme et ses diverses facettes affichent également un fort dynamisme. C’est d’ailleurs le cas aussi bien en France qu’en Amérique Latine. Cet ouvrage s’intéresse à un pays souvent considéré comme « laboratoire du néolibéralisme », le Chili. Il est centré sur une expérience récente de revitalisation syndicale : la création et le développement de « l’Union portuaire du Chili ». Notre investigation s’est déroulée sur plusieurs années, particulièrement dans le Sud du pays, combinant enquête orale, observation participante, revue de presse et sources primaires. Elle décrit la lente incubation d’une expérience syndicale exceptionnelle dans les ports chiliens : ses origines historiques, sa structuration, son économie morale et matérielle, ses répertoires d’action, ses discours, son impact dans le champ politique et médiatique. Il s’agit de présenter la constitution, le déploiement, la force, les faiblesses et les limites d’un pouvoir syndical stratégique, celui des dockers. Un processus qui s’insère dans un contexte néolibéral « avancé » et qui est marqué par un cadre légal autoritaire et la grande précarité des conditions de travail des salariés mobilisés. Au-delà du cas chilien, cet opus participe d’une discussion plus générale sur les ressorts des (in)soumissions ouvrières dans les pays du Sud, tout en proposant une réflexion sur les dynamiques de revitalisation syndicale et de politisation au/du travail. Enfin, un de nos objectifs a également été de mettre en lumière, dans une perspective résolument transdisciplinaire, un acteur social largement délaissé par l’historiographie portant sur le Chili contemporain. 


 Mots clés : Chili / syndicalisme / néolibéralisme / dockers / politisation