Archives de catégorie : Nos manifestations scientifiques

Daniela Durán, lauréate du prix d’Histoire sociale Fondation Mattei Dogan

Nous sommes heureux.ses et fier.e.s d’annoncer qu’un membre de notre équipe, la jeune chercheuse Daniela Durán Cid, est lauréate du prix d’Histoire sociale Fondation Mattei Dogan, par sa thèse intitulée Expertise et politique au cœur de la coopération au développement France-Chili : le bureau d’études IRAM dans la Réforme agraire chilienne (1964-1973), réalisée à l’Université Rennes 2 sous la direction de Jimena Obregón Iturra. 

Le prix d’Histoire sociale Mattei Dogan est décerné tous les deux ans depuis 2009 à une thèse de doctorat traitant d’un sujet d’histoire sociale, dans le sens le plus large du terme, du XIXe au XXIe siècle, et portant sur la France, un ou plusieurs pays étrangers ou un sujet transnational. Ce prix est octroyé en collaboration avec La Fondation Maison des Sciences de l’Homme, organisme qui soutient une recherche innovante en sciences humaines et sociales, et participe à la diffusion des connaissances auprès du plus grand nombre.

La cérémonie de remise de prix a eu lieu à Paris, à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, ce mercredi 29 novembre à 18h, en présence de la vice-présidente de la FMSH, du président de la Fondation Mattei Dogan, ainsi que des membres du jury. 

¡Felicidades Daniela!

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site : https://www.fmsh.fr/actualites/laureats-2023-prix-dhistoire-sociale-fondation-mattei-dogan

11-12.10.24 Colloque International Chili 50 ans, Université Rennes

Lien de connexion :  https://us02web.zoom.us/j/4090426012

Colloque international

Chili, 50 ans, 1973-2023. Des changements ? /

Chile, 50 años, 1973-2023 ¿Qué cambió?

Les 11 et 12 octobre 2023, Université Rennes 2

Dans le cadre de la Semaine universitaire du Chili en France (Toulouse, Rennes Paris)

Ce colloque international se place dans le contexte des 50 ans du coup d’État chilien, mais il ne portera pas directement sur celui-ci, ni sur ses causes ni sur ses conséquences directes. Notre but est d’envisager l’évolution du pays sur la moyenne durée. Quels changements durant le demi-siècle écoulé? Mais aussi, quels sont les héritages et les continuités?
Dans cette perspective, il sera question de conflictualité sociale, de luttes pour les droits des femmes et des minorités, de vulnérabilités et d’enjeux mémoriels. Ces phénomènes seront également interrogés à partir de la littérature, le cinéma et le théâtre. Dans quelle mesure ces diverses approches sont pertinentes et enrichissantes pour comprendre les évolutions complexes du Chili depuis 50 ans ?
Cette manifestation scientifique en deux langues (français et espagnol) en format hybride rassemblera des chercheurs et chercheuses spécialistes du Chili, qu’ils viennent d’Europe ou d’Amérique latine. Elle sera par ailleurs l’occasion de présenter plusieurs ouvrages en lien avec le colloque et de proposer des activités artistiques et culturelles d’entrée libre et gratuite : exposition photographique Impressions chiliennes de Marc Guillorel et concert de musique latino-américaine du Duo Valparaiso (voir les infos en détail dans ce carnet).

Le colloque aura lieu le mercredi 11 octobre dans l’amphithéâtre T (PNRV), campus Villejean, Université Rennes 2. Le jeudi 12 octobre nous serons à l’amphithéâtre B8, bâtiment B de l’université.

Voir le programme ci-dessous:

 

et disponible aussi sur Calenda https://calenda.org/1101864

Lien de connexion :  https://us02web.zoom.us/j/4090426012

09-16.10.2023 Semaine universitaire du Chili en France

Dans le cadre de la semaine universitaire du Chili en France, nous organisons des activités scientifiques et culturelles autour du 50 ans du coup d’État civico-militaire au Chili  en 1973.

Les activités commenceront à Toulouse, Université Jean Jaurès, avec la Journée interdisciplinaire “Politique et société dans le Chili actuel”, organisée par le professeur Franck Gaudichaud et Diana Dos Santos.

La suite se déroule à Rennes,  pour notre Colloque international “Chili 50 ans (1973-2023). Des changements?”, qui aura lieu les 11 et 12 octobre à l’Université Rennes 2.  Cet éventement est organisée par la professeure Jimena Obregón Iturra.

Pour finir cette semaine universitaire, nos collègues du CREDA le professeur Olivier Compagnon et Manuel Suzarte organisent à l’IHEAL -Paris- une table ronde intitulée “Chili: Présence usages du passé dans le présent  2023-1970”.

11-12.10.2023 Prolongation appel à communication, Colloque international Chili 50 ans. Qu’est-ce qui a changé? 1973-2023, Univ. Rennes 2

Dans le cadre de la Semaine universitaire du Chili en France 

Paris, Rennes, Toulouse 09 – 13 octobre 2023

prolongation

Appel à communication

Colloque International, Université Rennes 2, ERIMIT UR 4327

Chili 50 ans. Qu’est-ce qui a changé ? 1973-2023

Format: hybride (présentiel/distanciel)

Appel-Chili-50ans-28août-3

Ce colloque se place dans le contexte des 50 ans du coup d’État chilien mais il ne portera pas directement sur celui-ci, ni sur ses causes ou ses conséquences directes. Il ne s’agira nullement de revenir sur sa gestation ou sur l’Unité Populaire, même si ce passé fait constamment irruption dans le présent et reste tout aussi traumatique à 50 ans de distance ; « un passé qui ne passe pas », selon la formule consacrée. Notre perspective est toute autre puisqu’elle envisage l’évolution du pays sur la moyenne durée, celle du demi-siècle écoulé. Qu’est-ce qui a changé ? Mais aussi, quels sont les héritages et les continuités ? En quoi ce laps de temps constitue une mesure temporelle utile et pertinente pour penser les mutations du Chili depuis le coup d’État du 11 septembre 1973 ? Nous faisons appel aux chercheurs et chercheuses spécialistes du Chili, quelle que soit la discipline des Sciences Humaines et Sociales dans laquelle ils ou elles s’inscrivent, et les invitons à considérer leur objet d’étude en gardant en vue cette focale, et à le mettre à l’épreuve de la temporalité proposée. Notre propos ne prétend pas à l’exhaustivité et se limitera à quelques axes thématiques, développés ci-dessous. Le pari est que l’effort conjoint apportera un regard nouveau sur l’histoire du pays, ébranlé par l’explosion sociale d’octobre 2019, un pays qui ne parvient pas à trouver une voie institutionnelle en vue de dépasser la profonde division politique, idéologique, économique et sociale en place, comme l’attestent les conflits autour d’une nouvelle constitution.

Les communications devront correspondre à l’une ou plusieurs des lignes thématiques suivantes:

  1.  Mouvements sociaux, syndicats et associations professionnelles
  2.  Autochtonie, allochtonie, terre et territoire
  3. Régimes de mémoire, d’oubli et de patrimonialisation
  4.  Arts, cinéma et médias de masse

Outre l’étude concrète de plusieurs facettes de l’histoire du Chili, nous souhaitons susciter une réflexion plus large et plus conceptuelle sur cette moyenne durée, qui n’est pas le temps court de l’événement (qui se compte en jours ou en semaines), ni la longue durée (qui se compte en siècles), mais une temporalité intermédiaire qui embrasse quelques dizaines d’années. Le chiffre 50 est bien entendu une convention, aussi commode qu’arbitraire, et les communications pourront élargir ou réduire la temporalité en fonction de ce qui fait sens dans le domaine étudié.

  • L’exercice intellectuel de faire porter l’analyse sur cette échelle de temps semble stimulant pour penser des organisations réputées anciennes, comme les syndicats ou associations professionnelles et ainsi évaluer leur restructuration à travers le temps, leur adaptabilité et capacité d’invention. Comment les mouvements sociaux ont-t-il muté au cours du temps ? Suivant quelles tendances ? Comment se configurent les arènes de l’affrontement ? Les revendications restent-elles semblables ou divergent-elles ? Puis, question non des moindres, à quelles occasions ces stratégies échouent ou bien sont-elles couronnées de succès ?

  • Les processus d’identification et la construction des altérités constituent un autre dossier de taille au sein duquel s’inscrivent les demandes de reconnaissance des peuples autochtones, et les revendications autour de la terre et du territoire, mais aussi la place désormais démographiquement importante des personnes en situation de migration qui ont considérablement changé la physionomie d’un pays qui se voyait « quasi blanc » et surtout très homogène. Les migrations internationales et les bidonvilles (campamentos) des dernières années pourraient être mis en regard avec ceux ayant fait suite à l’exode rural d’antan (poblaciones callampas).

  • La moyenne durée invite aussi à observer comment divers événements de l’histoire nationale — proches ou plus lointains — ont été racontés, triés et réactualisés au cours du temps ; celle-ci permet de se pencher sur les métamorphoses des régimes de mémoire, d’oubli et de patrimonialisation. En démocratie comme en dictature, la mémoire et l’oubli constituent des objets de gouvernement. On peut donc se demander comment et dans quels buts sont mis en œuvre les politiques mémorielles. Quel a été leur impact concret sur l’espace, la construction patrimoniale et les rituels de commémoration ? Dans quelle mesure ces politiques infléchissent-elles la mémoire collective ? Quelle place pour les mémoires anti-hégémoniques ? Qu’en est-il de l’espace privé où sont transmis et remodelés les souvenirs, d’une génération à l’autre, loin des arènes politiques ?

  • La culture ne pouvait être exclue de cet appel, bien au contraire, elle y trouve toute sa place, pensons par exemple aux connexions entre le muralisme politique d’autrefois et les graffitis qui couvrent littéralement les murs des grandes villes depuis octobre 2019. Comment les arts et cultures populaires résistent-ils aux injonctions des modèles esthétiques mondialisés et parviennent-ils à se réinventer ? Aussi, l’audiovisuel, désormais omniprésent, nourrit-il au même titre les imaginaires ? En quoi contribue-t-il à la construction d’une communauté de destin ? Les énormes mutations des technologies de la communication ont-elles bouleversé les rapports de force ? Qu’en est-il de la démocratisation de l’information ? Comment la presse alternative se positionne-t-elle face à la presse hégémonique ?

Calendrier et modalités de soumission

Les propositions de 3000 à 4000 caractères, dans l’une des deux langues de travail du colloque — français ou espagnol — seront à déposer pour le lundi 28 août 2023 (nouvelle date) sur le site https://chili50ans2023.sciencesconf.org/. Elles comprendront un titre, une problématique et un résumé. Merci d’indiquer également le nom de l’aut·eur·rice et son affiliation institutionnelle.

Comité scientifique:

Olivier Compagnon (CREDA, IHEAL)

Eduardo Gallegos (Universidad de La Frontera)

Franck Gaudichaud (FRAMESPA, Université Toulouse – Jean Jaurès)

Gonzalo Leiva (Universidad Adolfo Ibáñez)

Olga Lobo Carballo (ILCEA4, Université Grenoble Alpes)

Carlos Ossa (Universidad de Chile)

Organisatrice:

Jimena Obregón Iturra (ERIMIT,  Université Rennes 2)

Comité d’organisation:

doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s ERIMIT, Université Rennes 2 : Martina Baeza Kruuse, Vincent Daumas, Daniela Durán Cid, Noémi Fablet, Miguel Parraguez Cinto.

 

Convocatoria a ponencias

Coloquio Internacional, Université Rennes 2, ERIMIT UR 4327

Chile 50 años ¿Qué cambió? 1973-2023

Formato: híbrido (presencial/ a distancia)

Llamado-Chile-50años-28agosto

Este coloquio internacional se celebra en el contexto del 50 aniversario del golpe de Estado chileno, pero no abordará directamente el golpe, ni sus causas, ni sus consecuencias directas. En este sentido, no se tratará de revisitar el origen del golpe ni de la Unidad Popular, a pesar de que el pasado irrumpe constantemente en el presente y sigue siendo igual de traumático 50 años después; como se suele decir, “un pasado que no pasa”.

Nuestra perspectiva, apunta en cambio hacia otra dirección, ya que contempla la evolución del país en la mediana duración, aquella del último medio siglo. ¿Qué ha cambiado?  ¿Cuáles son los legados y las continuidades? ¿De qué manera este lapso constituye un enfoque temporal útil y pertinente para pensar los cambios ocurridos en Chile desde el golpe de Estado del 11 de septiembre de 1973? Invitamos a las y los investigadores especialistas en cuanto a Chile se refiere, cualquiera sea su disciplina en Humanidades y Ciencias Sociales, a considerar su objeto de estudio desde esta perspectiva y a ponerlo a prueba según la temporalidad propuesta. Sin ser exhaustivos, nos limitaremos a algunos ejes temáticos desarrollados a continuación. Creemos que el esfuerzo conjunto aportará una mirada renovada sobre la historia de un país sacudido por el estallido social de octubre de 2019, un país que no logra encontrar un camino institucional para superar las profundas divisiones políticas, ideológicas, económicas y sociales existentes, como lo demuestran los conflictos en torno a una nueva constitución.

Las ponencias deberán inscribirse en uno o varios de los siguientes ejes temáticos:

  1. Movimientos sociales, sindicatos y gremios
  2. Autoctonía, aloctonía, tierra y territorio
  3. Regímenes de memoria, olvido y patrimonialización
  4. Artes, cine y medios masivos de comunicación

Además del estudio concreto de varias facetas de la historia chilena, queremos propiciar una reflexión más amplia y conceptual sobre esta mediana duración, que no es el tiempo corto del acontecimiento en sí (que se cuenta en días o semanas), ni el tiempo largo (que se cuenta en siglos). Se trata más bien de una temporalidad intermedia que abarca algunas décadas, considerando los 50 años como una convención tan cómoda como arbitraria. De esta manera, las ponencias podrán ampliar o reducir la temporalidad propuesta, en función de lo que cobra sentido en cada ámbito.

  • El ejercicio intelectual que implica centrar el análisis en esta escala temporal resulta estimulante para reflexionar sobre organizaciones históricas como los sindicatos o los gremios, y evaluar así su reestructuración a lo largo del tiempo, su adaptabilidad y su capacidad de reinvención. ¿Cómo han evolucionado los movimientos sociales con el pasar del tiempo? ¿Qué tendencias han seguido? ¿Cómo se configuran las arenas de confrontación? ¿Las reivindicaciones siguen siendo las mismas o bien divergen? Y por último, ¿en qué circunstancias sus estrategias triunfan o fracasan?
  • Los procesos de identificación y de construcción de las alteridades constituyen otro tema clave, dentro del cual incluiremos las demandas de reconocimiento de los pueblos indígenas con sus reivindicaciones en cuanto a la tierra y al territorio, así como la cuestión migratoria, ha cambiado considerablemente la fisonomía de un país que se percibía como  “casi blanco” y sobre todo muy homogéneo. Las migraciones internacionales y los campamentos de los últimos años podrían compararse con los que acompañaron el éxodo rural de antaño (poblaciones callampas).
  • La mediana duración también invita a observar cómo se han contado, ordenado y actualizado a lo largo de los años diversos acontecimientos —tanto cercanos como lejanos— de la historia nacional; esta temporalidad permite analizar las metamorfosis de los regímenes de memoria, olvido y patrimonialización. Tanto en democracia como en dictadura, la memoria y el olvido han sido objetos de gobierno. Cabe preguntarse por tanto, ¿cómo y con qué fines se implementan las políticas de memoria? ¿Cómo éstas impactaron el espacio, la construcción patrimonial y los rituales de conmemoración? ¿En qué medida estas políticas afectan la memoria colectiva? ¿Qué lugar ocupan las memorias antihegemónicas? ¿Qué ocurre dentro del espacio privado en el que los recuerdos, lejos de la arena política, se transmiten y se reconfiguran de una generación a otra?
  • La cultura no podía quedar fuera de esta convocatoria a ponencias, todo lo contrario. Piénsese, por ejemplo, en las conexiones entre el muralísmo político de antaño y los grafitis que desde octubre de 2019 cubren literalmente los muros de las grandes ciudades. ¿Cómo las artes y las culturas populares resisten los mandatos de los modelos estéticos globalizados y de qué manera consiguen reinventarse? ¿Los omnipresentes medios audiovisuales de hoy alimentan del mismo modo los imaginarios? ¿Cómo construyen una comunidad de destino? ¿Los equilibrios de poder han sido alterados por los enormes cambios en las tecnologías de la comunicación y por la democratización de la información? ¿Cómo se posiciona la prensa alternativa frente a la prensa hegemónica?

Calendario y envío de propuestas

Las propuestas, de 3.000 a 4.000 caracteres, en una de las dos lenguas de trabajo del coloquio —francés o español— deberán depositarse antes del lunes 28 de agosto de 2023 (nueva fecha) en el sitio internet https://chili50ans2023.sciencesconf.org/. Éstas deberán incluir el título, una problemática y un resumen. Por favor no olvide indicar claramente el nombre del autor y su afiliación institucional. 

Comité científico:

Olivier Compagnon (CREDA, IHEAL)

Eduardo Gallegos (Universidad de La Frontera)

Franck Gaudichaud (FRAMESPA, Université Toulouse – Jean Jaurès)

Gonzalo Leiva (Universidad Adolfo Ibáñez)

Olga Lobo Carballo (ILCEA4, Université Grenoble Alpes)

Carlos Ossa (Universidad de Chile)

Organizadora: Jimena Obregón Iturra (ERIMIT, Université Rennes 2).

Comité organizador: doctorandos.as y jóvenes doctores ERIMIT, Université Rennes 2: Martina Baeza Kruuse, Vincent Daumas, Daniela Durán Cid, Noémi Fablet, Miguel Parraguez Cinto.

 

Appel à communications : Doctoriheales 2024. Territoire(s) en Amérique latine : pratiques, circulations, perceptions

Doctoriheales, 18 janvier 2024 — Campus Condorcet

Les Doctoriheales sont les journées d’étude des doctorant·e·s du CREDA (Centre de recherche et de documentation sur les Amériques — Université Sorbonne Nouvelle/CNRS) et de l’ERIMIT (Équipe de Recherche Interlangue : Mémoires, Identités, Territoires — Université Rennes 2). Cette année, elles porteront sur la thématique du territoire en Amérique latine. Défini comme l’appropriation d’une portion de l’espace physique par un groupe humain, le territoire peut sembler être une notion très vaste, difficile à saisir. Pourtant, les pratiques, les circulations et les perceptions sont trois dimensions consubstantielles du territoire, qui peuvent constituer autant d’axes de recherche. Une réflexion autour de ces thèmes nous permettra d’avoir une approche plus fine de la multiplicité des territoires et de modes de territorialisation existant au sein de l’aire latino-américaine.
Pour cette neuvième édition, elles se dérouleront à Aubervilliers, en collaboration avec des doctorant·e·s et de l’ERIMIT.

AAC Doctoriheales 2024

Argumentaire
La notion de territoire renvoie à une portion de l’espace physique transformée par l’action humaine. On peut ainsi parler de territoire suite à un découpage administratif (un district, un arrondissement, etc.), à l’imposition de frontières ou à l’exploitation d’une ressource présente en son sein (territoires miniers, etc.). Celui-ci peut avoir un caractère juridique, politique ou économique. Le territoire est également le résultat d’expériences individuelles ou collectives affectives de l’espace. Roger Brunet et Hervé Théry (1993 : 435-436) écrivent à ce propos : « Le territoire est à l’espace ce que la conscience de classe est à la classe : quelque chose que l’on intègre comme partie de soi ». En somme, il s’agit d’une portion de l’espace physique investie par un groupe humain et devenue partie intégrante de ce dernier.
Le comité d’organisation prêtera une attention particulière aux communications qui s’attacheront à étudier les pratiques sociales directement liées aux territoires, notamment la façon dont elles participent à la structuration et à la recomposition de ces derniers. Un second axe consistera à analyser les dynamiques de circulation qui peuvent se tisser entre plusieurs territoires. Enfin, le dernier axe privilégiera une ouverture sur les diverses perceptions du territoire existant sur le continent latino-américain, afin d’éviter d’enfermer la réflexion dans une approche naturaliste.
Dans le cadre de cette journée d’étude, le comité d’organisation attend des jeunes chercheurs une problématisation des modes d’appropriation de l’espace, des façons de « faire », de « re-faire » ou de « défaire » un territoire, découlant des dynamiques économiques, sociales, politiques et culturelles présentes sur le continent latino-américain. Une attention particulière sera portée aux territoires traditionnellement associés à cette aire géographique ainsi qu’à leurs éventuelles recompositions (communautés rurales andines, asentamiento ou favela des zones urbaines en voie d’extension, etc.). Nous encourageons également les communications abordant les transformations territoriales qui résultent de dynamiques plus globales, non exclusives à l’Amérique latine (mondialisation des échanges, métropolisation, nouvelles territorialisations indigènes, etc.).

Axe 1 : Pratiques
Il est pertinent de réfléchir aux pratiques sociales et culturelles qui permettent à une communauté de construire un territoire. Les formes d’habiter ces espaces sont multiples et se construisent autour des imaginaires et des perceptions des sujets qui y vivent. Elles vont des rituels aux modes de production, en passant par des notions telles que l’habitus (Bourdieu, 1980) ou « la société en réseau » (Castells, 1999). Elles peuvent également relever des dynamiques sociales fluides de la mondialisation et de l’hyperconnectivité qui se déplacent entre le « lieu », le « nonlieu » et le « lieu virtuel » (Augé, 1992). Concrètement, de nombreuses pratiques religieuses, politiques, associatives, artistiques, identitaires ou de loisir se développent sur un territoire. Ce système de représentations sociales est en constante mutation, car les territoires se transforment et se juxtaposent en permanence.
En Amérique latine, les territoires sont mis en tension avec une histoire de dépossession, de conquête et d’expulsion. Les pratiques socioculturelles qui en découlent répondent à un système de normes et de valeurs liant les communautés aux territoires. Celui-ci implique un facteur d’identification ou, au contraire, de différenciation traversé par des processus de colonisation et de décolonisation d’une part et d’autre part, par des circulations forcées résultant, entre autres, des dictatures ayant eu cours dans la région au 20e siècle.
En ce sens, nous invitons à une réflexion sur les pratiques sociales, politiques, économiques ou culturelles qui lient une communauté à son territoire. Quelles sont les limites de ces pratiques dans un monde où la mobilité et la circulation sont désormais répandues ? Comment dessinent-elles de nouvelles territorialités ou disputent-elles de nouveaux imaginaires ?

Axe 2 : Circulations
Un des défis d’étudier le territoire consiste à comprendre les enjeux d’étanchéité et/ou de porosité de celui-ci. L’essor de la globalisation au cours des dernières décennies a fait de la circulation de personnes, d’idées et d’objets un élément fondamental pour comprendre ces espaces sociaux, physiques et symboliques. Ces circulations transportent et diffusent des savoir-faire, des normes et procédures ou des pratiques, participant ainsi à des échanges matériels et immatériels entre les territoires. Selon Derouet (2002), raisonner en termes de circulation enrichit le regard sur la transfusion des savoirs, car celle-ci se construit à partir d’un va-et-vient entre les entités. Mais comment réfléchir aux possibilités et aux limites de ces circulations ?
Les travaux portant sur les espaces transnationaux (Saunier, 2004) observent comment l’imbrication entre circulations et territoires se manifeste sous le prisme de l’échange, mais aussi sous des contraintes imposées par le pouvoir local. D’autres réfléchiront sur des échelles plus réduites, en analysant les zones de transition, au sein desquelles sont confrontées plusieurs origines sociales. Enfin, l’approche par le transatlantique explore les relations culturelles complexes entre l’Europe, les Amériques et l’Afrique. Il est question tant d’accords que de rapports de domination entre continents, éléments fondamentaux de la construction des espaces communs de production culturelle.
Plus globalement, ces études évoquent la notion de circulation pour comprendre ce qui circule, mais aussi ce qui ne circule pas. En ce sens, nous attendons des propositions sur les processus migratoires, dans la mesure où les dynamiques spatiales informent les phénomènes sociaux. De plus, les propositions pourront, à partir d’approches pluridisciplinaires, évoquer de nombreuses notions qui gravitent autour du lexique de la circulation : frontières, espaces, transfert, barrières ou mobilité. Elles pourront porter sur plusieurs échelles spatiales de circulation ainsi que sur les diverses conditions de sa réalisation.

Axe 3 : Perceptions
Enfin, nous souhaitons encourager les communications qui interrogent les multiples perceptions du territoire. La division Nature/Culture sur laquelle repose l’ontologie occidentale tend à le présenter comme une entité inanimée. Mais qu’en est-il d’autres visions du monde, particulièrement de celles des groupes indigènes ? À titre d’exemple, les habitants des communautés rurales des Andes perçoivent le territoire comme un être vivant, avec lequel ils doivent cohabiter suivant une « perspective de résidence » (Ingold, 2000). Tout comme les humains, les non-humains (les montagnes, la terre, etc.) se déplacent, parlent et ressentent des émotions. Ensemble, ils conforment un « collectif » (Descola et Charbonnier, 2017), autrement dit un réseau de relations interspécifiques.
Nous pouvons par extension nous interroger sur les défis auxquels est confronté le chercheur face à des perceptions du territoire parfois éloignées de la sienne. Selon Eduardo Viveiros de Castro (1998), il y aura toujours un écart ontologique entre le chercheur occidental et ses collaborateurs indigènes. Pour Guillermo Salas Carreño (2017), la rencontre entre différentes perceptions du territoire lors du travail de terrain peut donner lieu à des « malentendus » qui rendent sa définition malaisée. En effet, il existe des zones de contact entre les ontologies, qui coexistent dans de nombreux cas. Ceci peut faire naître des ontologies hybrides, particulièrement dans le contexte postcolonial latino-américain, mais aussi des connexions partielles, parfois infructueuses, entre diverses perceptions du monde, et donc du territoire (De la Cadena, 2008). Dès lors, comment le chercheur peut-il étudier une entité qu’il ne perçoit pas de la même manière que ses collaborateurs ? Au contraire, les études menées par les intellectuels indigènes peuvent-elles permettre de mieux comprendre certaines conceptions du territoire ?


Mots clés : Territoire, pratiques, circulations, perceptions, Amérique latine

Calendrier
Les propositions de communication devront nous parvenir avant le 1er septembre 2023.
Les notifications d’acceptation seront adressées aux intervenant·e·s au plus tard le 15 octobre 2023.

Modalités de proposition
Les propositions de communication devront contenir au maximum 3 000 signes (titre, sujet, problématique et éventuelles hypothèses, terrain(s) et/ou corpus, méthode d’enquête et résultats de recherche). Elles indiqueront le titre de la communication, l’axe choisi ainsi que trois mots clés et seront accompagnées d’une brève présentation de l’auteur·e. Les communications en français sont encouragées. Toutefois, il est également possible pour les communicants et communicantes de soumettre des propositions en espagnol ou en portugais.
Les propositions de communication sont à envoyer en un seul fichier PDF nommé de la façon suivante : 2024_NOMdel’auteur·e_proposition (ex : 2024_DUPONT_proposition.pdf) à l’adresse suivante : doctoriheales2024@gmail.com

Comité d’organisation
Júlia Donley, Ernest Mondzo Dengue et Tristan Waag, doctorants du CREDA
Mélanie Lercier Castelot et Miguel Parraguez Cinto, doctorants de l’ERIMIT

13.02.2023 JE Internationale “Altérités et grandes villes dans le cinéma chilien et latino-américain”

Programme Journée d’Étude Internationale, 13 février 2023

Amphi T1, Pôle numérique (PNRV), Univ Rennes 2, métro Villejean Université

Altérités et grandes villes dans le cinéma chilien et latino-américain

Alteridades y gran ciudad en el cine chileno y latinoamericano

9h30-10h, Accueil et introduction

10h-13h, AMÉRIQUE LATINE

Modérateur : Andrés Castro Roldán, Université Rennes 2, France

  • 10h, Carlos Ossa Swears, Universidad de Chile, Santiago

La ciudad incompleta

  • 10h30, Emmanuel Vincennot, Université Eiffel, France

L’expérience urbaine dans Ixcanul de Jayro Bustamante, Guatemala, 2015

Courte pause

  • 11h15, Sergio Coto-Rivel, Université de Nantes, France

Ciudad de Guatemala, alteridades y violencia de género en el cine contemporáneo, 2019-2020

  • 11h45, Alba Anaya Dominguez, Université Rennes 2, France / Universidad Autónoma de Barcelona, Espagne

Alteridades y narrativas de la ciudad en el documental Edificio Master (2002) de Eduardo Coutinho

Questions – Débat (12h15-13h)

Pause déjeuner (13h-14h30)

14h30-17h, CHILI

Modératrice : Claire Sourp, Université Rennes 2

  • 14h30, Olga Lobo Carballo, Université de Grenoble-Alpes, France

De la casa a la calle. Resistencia y territorio de Angelina Vázquez a Manuela Martelli

  • 15h, Jimena Obregón Iturra, Université Rennes 2, France

Relegación política, ciudad latente y otredad en La Frontera de Ricardo Larraín

  • 15h30, Gonzalo Leiva Quijada, Universidad Adolfo Ibañez, Santiago, Chili (14h30)

¿Cuántos filmes caben en la maleta? Derrotados y postmodernos: las variantes del cine chileno desde los cortes de la memoria 1963-2020

16h00 Questions – Débat

17h-18h, Table ronde avec les cinéastes invitées par Travelling, Carmen Castillo et Pamela Varela

20h30, Pathé, Métro Charles Gaulle, film : La buena vida de Andrés Wood, 2008

Organisé par Jimena Obregón Iturra, ERIMIT, Université Rennes 2, avec le soutien des professeurs invités Gonzalo Leiva Quijada (Chaire Humanités) et Carlos Ossa (Chaire Amériques), Université Rennes 2

Comité d’organisation, doctorant.e.s ERIMIT, Université Rennes 2 : M. Baeza Kruuse, D. Durán Cid, Miguel Parraguez et Collectif d’Études Latino-américaines SHS, Rennes France, https://franchise.hypotheses.org/

07-14.02.2023 Activités Collectif d’études latino-américaines SHS (Rennes-France / Chili)

Dans le cadre de la 34e édition du festival Travelling Santiago, à Rennes, notre Collectif d’études latino-américaines proposera différentes activités autour du Chili et du cinéma chilien:

  1. Table Ronde “Estallido social d’octobre 2019. Comment le Chili en est-il arrivé là?”: jeudi 09 février / 18h30 / L’Étage du Liberté (Esplanade Charles de Gaulle, Rennes)

À Santiago du Chili, le 18 octobre 2019 marque l’éclatement d’une profonde révolte sociale, sitôt propagée au reste du pays. Cette table ronde invite à réfléchir sur les origines, les formes et l’ampleur de ces mobilisations sociales.

Intervenant.e.s: 

Université Rennes 2: Martina Baeza Kruuse, Daniela Durán Cid, Jimena Obregón Iturra

Universidad Adolfo Ibáñez (Chili) : Gonzalo Leiva Quijada

Universidad de Chile : Carlos Ossa Swears

2. Impromptus “Santiago par les textes” : dimanche 12 février / 14h30 / L’Étage du Liberté (Esplanade Charles de Gaulle, Rennes)

“Santiago est une ville ébranlée et commercialisée”, déclare l’écrivain Gonzalo Rojas. Sous la forme d’impromptus, nous proposons une rencontre autour de l’imaginaire de la ville. Une sélection de textes de différentes périodes et formats littéraires permettra de s’immerger dans la ville et de découvrir son architecture, ses paysages, son symbolisme et ses mémoires.

Accompagnement musical, guitaristes :
Eitan Cárcamo Baeza / Miguel Parraguez Cinto

Intervenant.e.s:

Univ. Rennes 2 : Juliette Bristault-Canova / Eitan Cárcamo Baeza / Noemi Fablet / Jimena Obregón Iturra / Miguel Parraguez Cinto / Beatriz Swinburn

Universidad Adolfo Ibañez (Chili) : Gonzalo Leiva Quijada

Universidad de Chile : Carlos Ossa Swears

3. Journée d’Étude Internationale “Altérités et grandes villes dans le cinéma chilien et latino-américain”: lundi 13 février / 9h30 / Amphi T1, Pôle numérique (PNRV), Univ Rennes 2, métro Villejean Université

La journée d’étude soumettra à réflexion la manière dont le cinéma latino-américain aborde l’articulation entre l’urbain et les altérités au sens large, à savoir tout type de diversité, ou de situation, où le prochain est perçu et conceptualisé en tant qu’Autre. Les communications –en espagnol ou en français– seront illustrées par de larges extraits de films.

À 17h se tiendra une Table ronde avec des cinéastes chiliennes invitées par Travelling Carmen Castillo y Pamela Varela.

À 20h30 nous proposons le film d’A. Wood, La buena vida, 2008 (vostf), cinéma Pathé.

 

23.01.2023 SOUTENANCE DE THÈSE – “Reines des fêtes” : ritualités, identités collectives et genre à Toconao (Andes) et Rapa Nui (Polynésie). Chili, XXe siècle – temps présent) – Théo MILIN

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soutenance de la thèse en anthropologie de Théo Milin, membre de notre Collectif d’Études latino-américaines SHS. Cette thèse s’intitule « Reines des fêtes » : ritualités, identités collectives et genre à Toconao (Andes) et Rapa Nui (Polynésie). Chili, XXe siècle – temps présentet a été réalisée sous la direction de Jimena Obregón Iturra (Université Rennes 2) et Héctor Morales (Universidad de Chile).

La soutenance aura lieu llundi 23 janvier à 14h00 dans la salle des thèses, bâtiment P, Campus Villejean, Université Rennes 2. Elle sera suivie d’un pot. 

Devant le jury :

Riet DELSING, Anthropologie, chercheuse indépendante

André MENARD, Anthropologie sociale, Professeur, Universidad de Chile (rapporteur)

Antoinette MOLINIÉ, Anthropologie, Directrice de recherche au CNRS

Héctor MORALES MORGADO, Anthropologie sociale, Universidad de Chile (co-directeur de thèse)

Marie Karoline NUÑEZ, Anthropologie sociale, Professeure, Universidad Academia de Humanismo Cristiano (rapporteure)

Jimena OBREGÓN ITURRA, Histoire, Professeure, Université Rennes 2 (directrice de thèse)

Jean François POLO, Sciences Politiques, maître de conférence, IEP Rennes

Nicolas RICHARD, Anthropologie, Histoire, Chercheur HDR au CNRS (rapporteur)

 

Lien de connexion en ligne

https://us02web.zoom.us/j/83638689168?pwd=ZFY0RWxjc3V6cFRpcjdkbUZtbkUyQT09

ID de réunion : 836 3868 9168. Code secret : 629408.

19-21.01.2023 Coloquio internacional: La velocidad en los mundos lentos. Accidentes, máquinas y sociedades en América del Sur

El coloquio internacional “La velocidad en los mundos lentos. Accidentes, máquinas y sociedades”, se organiza en el marco de los proyectos ANR (ANR-21-CE03-0017) INTERRUPTIONS Accidents, dysfonctionnements et temps-morts, les territoires extractifs autrement; IRP ATACAMA-SHS Sciences humaines et sociales en territoire minier; e ISRF MOTOBOOM The Impact of the Current Dissemination of Motorcycles in Indigenous Lowland South America.

Nicolas Richard, Diego Villar, Jimena Obregón, Alberto Preci, Diego Ortúzar (coords.)

Ver el programa aquí: https://velocidades.sciencesconf.org/program

18 et 19.01.2023 8ème édition des Doctoriheales. Les ressources et les Amériques

8ème édition des Doctoriheales.
Journée d’étude des doctorant·e·s du CREDA

Participer à la réunion Zoom
 

Les Doctoriheales sont les journées d’études des doctorant·e·s du CREDA (Centre de Recherche et de Documentation sur les Amériques). Pour cette huitième édition, elles se dérouleront à Rennes, en collaboration avec des doctorant·e·s de l’IRP Atacama-SHS et de l’ERIMIT (Équipe de Recherche Interlangue : Mémoires, Identités, Territoires). 

Pour cette édition, les Doctoriheales portent sur la thématique : “Les ressources et les Amériques”. Les communications sont organisées autour de trois axes : 1) Posséder, 2) Extraire et 3) Savoirs.

Définie par les moyens dont un groupe dispose en vue d’une fin, la notion de ressource est aussi vaste que floue et il est nécessaire d’en interroger les limites. Les ressources du sol cristallisent des enjeux de taille, qu’elles soient naturelles, agricoles ou minières, et c’est à celles-ci que l’on pense en premier pour caractériser les moyens matériels d’un territoire. Cependant, la notion de ressource recouvre des objets plus divers, qu’il s’agisse de structures (industries, infrastructures, communications), de capacités de travail (humains, machines, organisations socio-économiques), de connaissances (scientifiques, techniques, quotidiennes), etc. Pouvant être pensées comme matérielles ou immatérielles, réfléchies dans leurs origines ou leurs conséquences, les ressources catalysent de nombreuses et diverses circulations, oppositions et transformations essentielles à la caractérisation économique, sociale, politique et culturelle des Amériques, et ce tant à des échelles locales que nationales et internationales.

Lieu 
Université Rennes 2
Campus Villejean
Bâtiment L – Salle 201

Le programme est à consulter ici : Programme Doctoriheales 2023

06.12.22 Conférence internationale Pr. Álvaro Bello, PNUD, Chili

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence du professeur invité Álvaro Bello, coordinateur de recherche au Programme de Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Chili. Cette conférence, intitulée “Chile: cambio, incertidumbre y vida en común desde un enfoque de desarrollo humano” aura lieu le mardi 06 décembre 2022 à 17h30, dans la salle Jacques Léonard, bâtiment A, campus Villejean, Université Rennes 2.

Cette conférence est organisée par notre collectif en partenariat avec Espace collectif Amérique latine actuelle (ESCALA), doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s de l’Institut des Amériques- Rennes (IDA-Rennes). Elle sera animée par Jimena Obregón Iturra.

07.12.2022 Soutenance thèse Coopération technique française dans la Réforme agraire chilienne (1964-1973)

 

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soutenance de la thèse en anthropologie de Daniela Durán Cid, membre de notre Collectif d’Études latino-américaines SHS. Cette thèse s’intitule « Expertise et politique au cœur de la coopération au développement France-Chili : le bureau d’études IRAM dans la Réforme agraire chilienne (1964-1973) » et a été réalisée sous la direction de Jimena Obregón Iturra et Alvaro Bello.

La soutenance aura lieu le mercredi 07 décembre 2022 à 14h30 dans la salle Jacques Léonard, bâtiment A, Campus Villejean, Université Rennes 2. Elle sera suivie d’un pot. Si vous souhaitez vous connecter en ligne, merci d’adresser un mail à daniela.duran@univ-rennes2.fr  

Composition du jury:

  • M. Alvaro BELLO Professeur, Universidad de la Frontera/ PNUD, Chili 

  • M. José BENGOA, Professeur, Universidad Academia de Humanismo Cristiano, Santiago, Chili

  • M. Luc CAPDEVILA, Professeur, Université Rennes 2

  • M. Olivier COMPAGNON, Professeur, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine/Université Paris 3

  • Mme. Viviana GALLARDO, Professeure, Universidad Academia de Humanismo Cristiano, Santiago, Chili (rapporteure)

  • Mme. Olga LOBO CARBALLO, Université Grenoble Alpes (rapporteure)

  • Mme. Jimena OBREGÓN ITURRA Professeure, Université Rennes 2 

  • Mme. Nadia TAHIR Maître de Conférences, Université de Caen Normandie

Résumé en français:

Cette recherche porte sur l’intervention de l’Institut de recherche et d’applications des méthodes de développement (IRAM) dans la Réforme agraire chilienne entre 1964 et 1973. Cette étude anthropologique amène à analyser le champ de la « coopération tech- nique française au développement » mise en place sous l’impulsion de Charles de Gaulle ; ce dispositif a mobilisé des experts et des fonctionnaires entre la France et le Chili, tout en permettant la circulation de modèles théo- riques et méthodologiques dans le contexte de la Réforme agraire. Le bureau d’études IRAM a utilisé ce dispositif pour étendre son rayon d’action de l’Afrique à l’Amérique latine, où le Chili a constitué son premier point d’ancrage. Cet organisme s’est appuyé sur son expérience pour développer une expertise en matière de réforme agraire, en se concentrant particulièrement sur les domaines de la formation et de l’organisation paysanne. Nous nous intéressons aux formes de construction de cette expertise, à ses agents et aux pratiques et représentations qui ont marqué les trajectoires de ces « experts en coopération ». Cependant, les tensions politiques inhérentes au processus de Réforme agraire ont ouvert des brèches dans les discours officiels : les débats internes au bureau d’études français nous rapprochent du cœur de la Réforme agraire, de sa mise en œuvre menée par ses institutions et des visions divergentes qui y étaient soutenues.

Mots clés : expertise, coopération au développement, France-Chili, réforme agraire, IRAM, circulations

Resumen en español:

Esta investigación se centra en la intervención del Instituto de Investigación y Aplicación de Métodos de Desarrollo (IRAM) en la Reforma Agraria chilena entre 1964 y 1973. Este estudio antropológico conduce a un análisis de la « cooperación técnica francesa para el desarrollo » creada bajo el impulso de Charles de Gaulle; este dispositivo movilizó a expertos y funcionarios entre Francia y Chile, al mismo tiempo que permitió la circulación de modelos teóricos y metodológicos en el contexto de la Reforma agraria chilena. La consultora francesa IRAM utilizó este dispositivo para extender su alcance desde África hasta América Latina, donde Chile fue su primera base. Esta organización aprovechó su experiencia para desarrollar conocimientos en materia de reforma agraria, centrándose especialmente en las áreas de formación y organización campesina. Nos interesan las formas de construcción de esta experticia, sus agentes y las prácticas y representaciones que han marcado las trayectorias de estos « expertos en cooperación ». Sin embargo, las tensiones políticas inherentes al proceso de Reforma agraria abrieron brechas en el discurso oficial: los debates internos a la consultora IRAM nos acercan al corazón de la Reforma Agraria, a su aplicación por parte de las instituciones encargadas y a las visiones divergentes que se albergaron en su seno.

Palabras clave : experticia, cooperación al desarrollo, Francia-Chile, reforma agraria, IRAM, circulaciones

La noticia ha sido publicada en el sitio de la Universidad Rennes 2.

15.11.2022 Conflictividad chileno-mapuche entre dos siglos – Seminario

Séminaire doctoral d’Études Latino-américaines, avec les présentations (en espagnol) de Cristián Perucci y Felipe Leal. Plus d’informations dans le fichier descriptif du séminaire à la fin du post.

Mardi 15 novembre, MSHB (Maison des sciences de l’homme en Bretagne), Salle 5, 17h-19h. Lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/4090426012