Archives par mot-clé : cine

Paris-O1 février: Chili/ Arts en résistance

PROGRAMME DÉTAILLÉ “ARTS EN RESISTENCE”

organisé par le Collectif Impact Chili 2020

SAMEDI 1ER FÉVRIER 2020 13H30 – 22H00

CIRCULEZ toute la journée dans divers espaces du théâtre où des rencontres, performances, des expositions et concerts auront lieu.

13H30
Fontaine Place du Châtelet
**Performance « Un violador en tu camino » (un violeur sur ton chemin). #lastesis
Plusieurs collectifs se réunissent pour cette performance
Inscription possible pour participation : impactchili@gmail.com

A partir de 14H00
HALL D’ENTRÉE DU THÉÂTRE ET BALCON

**Mapuche, voyage en terre Lafkenche.
Portraits grands formats. Collectif d’artistes « Ritual Inhabitual »

**L’image porte parole. Fresque collective, performance
Artistes : Carlos Araya « Carlanga », Gérald Stehr et Cristobal Bouey.

SALON JULIETTE GRECO

**El derecho de vivir en paz – Le droit de vivre en paix
Recueil, tout le long de la journée, de messages de soutien, en les enregistrant dans un dispositif visuel conçu à cet effet. Francisco Brzovic et Sergio Henríquez.

GALERIE JOSEPHINE BAKER

**Informer – Sensibiliser- Solidariser
Présence de diverses associations et collectifs pour informer, répondre aux questions, mobiliser le public aux événements qui ont lieu au chili depuis octobre 2019.

SALON DIAGHILEV

**Exposition “Art et Résistance”
Installations, sculptures, peintures, photographie, performances.
Carlos Araya, Cristobal Bouey, Sylvie Blocher, Claudio Correa, Vladimir Cruells, Ghazel, Mounir Gouri, María Ibáñez Lagos, Valérie Mréjen, Patrice Loubon, Nicolas Olivares, Enrique Ramirez, Salamandra, Dominique Sécher, Gerald Stehr, Pamela Varela, Lorena Zilleruelo…

14h00 et 15h00
**Performances dans les dépendances du Théâtre

14h30 * 15H00
**Cine-concert sur des images filmées ces dernières semaines au Chili
Vadim Sher, piano, Arnaud Sacase, saxo, Benoist Rafin, batterie, Alvaro Bello, guitare.

15h30 * 17H00
**Débat « Musique et résistances »
Delphine Grouès, enseignante à Sciences Po
Laurent Feneyrou, musicologue, chargé de recherches (CNRS) à l’IRCAM
Philippe Hurel, compositeur, directeur de l’Ensemble Court-Circuit
Sebastian Rivas, compositeur, directeur en binôme avec Anouck Avisse du GRAME, Centre National de Création Musicale de Lyon

17h15 * 17H45
**Inauguration
Impact Chili
Ruth Mackenzie, directrice du Théâtre du Châtelet
Geneviève Garrigos, Amnesty International France- Ameriques
Asamblea Solidarité Chili
Alerta Feminista

18h00 * 18h45
**Performance image – son – voix fragments bolañesques
Astrid Adverbe, actrice
Miquel Escudero Diéguez, acteur
Frank Williams, acteur /musicien / compositeur.

19h00 * 20h30
**Débat « Image et résistance » ou comment l’engagement et l’agir social s’entremêlent avec l’art à des fins contestataires.
Médiateur / Miquel Escudero Dieguez, programmateur, critique de cinéma
Michèle Arrué, chercheuse, spécialiste de cinéma et histoire dans le cône sud
Sofia Lanusse, critique, commissaire d’expositions, oeuvre pour la promotion de l’art contemporain
latino-américain en Europe.
Patrice Loubon, commissaire d’exposition, galerie NegPos
Sylvie Blocher, artiste

21h15 * 22h00
PROGRAMMATION EN COURS

FOYER NIJINSKY

14h15 * 15h15
**Concert classique
Aline Piboule, piano, Jean-Louis Caillard, piano
Duo pour le Chili avec
Patrick Messina, clarinette, David Abramovitz, piano

18h00 * 19h00
**Concert classique
Maria-Paz Santibañez, piano avec la première mondiale de la Suite « Impact : tes yeux, tes droits »
pour piano, casseroles et oeil couvert d’un pansement, en hommage aux plus de 354 mutilés des yeux
au Chili ces dernières semaines.
Cette suite est une composition collective de : Héctor Parra, Esteban Benzecry, Marco Perez-Ramirez, Nicolas Tzortzis, Macarena Rosmanich, Cristina Vilallonga, Patricio Wang y Philippe Leroux.

Ensemble COURT CIRCUIT
Duo BAROCCO TANGO
David Louwerse, violoncelle
Guillaume Hodeau, bandonéon

20h30 * 22h00
**Jam Session
« Quand on pense au Chili depuis la France »
Boeuf animé par le guitariste Alvaro Bello.
Les invités viennent jouer sur un répertoire de chansons emblématiques chiliennes.
Alvaro Bello, guitare
Albert Bover, piano
Patricio Lisboa, contrebasse
Benoist Raffin, batterie

Invités
Marco Agoudeste, saxophone tenor
Olivier Defays, saxophone soprano
Leonardo García, flûtes
Didier Ithursarry, accordéon
Arnaud Sacase, saxophone alto

Plus d’information sur le site Facebook du Collectif Impact Chili

Reseña: “La cordillera de los sueños” de Patricio Guzmán

La cordillera de los sueños (2019) es el tercer documental de la última trilogía realizada por Patricio Guzmán, trilogía que se caracteriza por mostrarnos los parajes más extraordinarios de la geografía chilena en contraste con los actos más aterradores a los que se han visto enfrentados los habitantes de este país. El primer trabajo de esta trilogía titulado Nostalgia de la luz (2010), se situaba en el norte de Chile, precisamente en el desierto de Atacama, el cuál hacía una maravillosa relación entre el estudio astronómico de esa localidad y las mujeres que buscan los huesos de sus familiares desaparecidos durante la dictadura de Pinochet. El segundo documental, El botón de nácar (2015) hace una relación entre los detenidos desaparecidos que fueron lanzados al mar y el exterminio de los pueblos indígenas al extremo sur de Chile, en la región de Magallanes.

 

La última parte de esta trilogía ocurre geográficamente en Santiago de Chile, dándole gran importancia a la Cordillera de los Andes que es descrita por Guzmán como “la columna vertebral del país”.  Con un lado autobiográfico mucho más desarrollado, expone los detalles más íntimos de la vida del director antes del exilio, además de los testimonios de individuos que vivieron situaciones similares durante la época. Esta película destaca por las reflexiones políticas realizadas en torno al contexto actual del país y la herencia de la dictadura. Se hace evidente la necesidad de comprender el Chile de hoy porque es muy distinto al Chile de su infancia y a ese que debió dejar por el exilio. De ahí emerge la propuesta de que la esplendorosa cordillera de los Andes será “la puerta de entrada para reconocer el Chile de hoy” ya que es la única que puede dar testimonio de todo lo ocurrido en la historia del país, como también son testimonios las piezas de arte, hechas en piedra extraída de los Andes.

Es importante destacar que tanto en La cordillera de los sueños como en las otras dos películas partícipes de esta gran trilogía se logra identificar algunos ejes fundamentales, como la noción de Memoria y la violencia ejercida por los opresores. En esta película en particular, las imágenes que emergen desde entrevistas, relatos, archivos audiovisuales antiguos y actuales, generan fuertes sentimientos que se ven también inscritos en la manera de actuar político-social actual del país. La imagen del metro de Santiago, una de las primeras tomas que aparece en pantalla, nos aterriza inmediatamente al momento de la actual crisis chilena, la cual comienza precisamente el 18 de octubre del presente año en ese mismo escenario. Sin pensar que sea un acto premeditado por parte de Guzmán, este hecho nos muestra el carácter visionario de la película, desarrollando ideas claves para comprender la crisis actual en la que se encuentra el país, evidenciando las secuelas de la dictadura en el Chile post-transición democrática. Secuelas que, aunque estén a la vista de todos, se hacen imperceptibles al ojo de algunos, por lo tanto, es necesario escarbar en la memoria de todo lo que pueda guardar un trazo del pasado, como las cintas de la oficina de Pablo Salas o los rincones inalcanzables de la inmensa cordillera. 

21 Nov. 2019 : projection “El terremoto del tiempo”+ Table rode et débat sur le Chili

Le jeudi 21/11/2019, à Rennes 2, à partir de 17h, aura lieu la projection du long métrage El terremoto del tiempo de Gian Marcos Godoy. La projection sera suivie d’une table-ronde sur les événements récents au Chili, qui sera aussi le lieu d’un débat avec le public. L’événement se déroulera en amphi L3, bâtiment L. 
 
Ci-joint l’affiche de l’événement
 
 
Fiche technique:
 
“El terremoto del tiempo” (Le séisme du temps),
de Gian Marco Godoy (2018)
long-métrage/ documentaire, 103 min.
 
La invasión del occidente europeo ha impuesto una concepción de tiempo lineal a la cosmovisión circular de los pueblos indígenas de Latinoamérica. Desde el régimen militar de la colonia hasta la instauración de las repúblicas del siglo 19, la resistencia cultural y territorial del pueblo Mapuche frente a la República de Chile simboliza una tectónica de placas divergentes que se enfrentan. Ensayo documental sobre el terremoto, la república, los ancestros, la minería, y el tiempo como símbolos de las identidades Chilena y Mapuche girando paralelamente en sentido inverso.
 
 
Pour voir la bande annonce du film sur Vimeo: https://vimeo.com/278747833
 
 
 

Santiago: Ciclo Francesas y Chilenas Matucana 100 Marzo 2018

Ciclo Francesas y Chilenas

Matucana 100, el Instituto Francés de Chile y Jirafa, invitan a este ciclo que reúne títulos de directoras de ambos países que narran historias de mujeres. La muestra cuenta con cintas como Tomboy y Bande de filles, de la multipremiada directora Céline Sciamma; o Un amor de juventud de la joven realizadora gala, Mia Hansen-Løve. Mientras que por el lado nacional se presentan cintas como Viejos amores, de la actriz y directora Gloria Laso, Mala junta de Claudia Huaiquimilla o Princesita de Marialy Rivas.

Cartelera:

07/03 Casa Roshell / Camila Donoso / 2018

08/03 Un amor de juventud / Mia Hansen-Løve / 2011

09/03 Viejos amores / Gloria Laso / 2016

10/03 Tomboy / Céline Sciamma / 2011

11/03 Mala junta / Claudia Huaiquimilla / 2017

14/03 Bande de filles / Céline Sciamma / 2014

15/03 Princesita / Marialy Rivas / 2017

16/03 Party girl / Marie Amachoukeli-Barsacq, Claire Burger/ 2014

17/03 El pacto de Adriana / Lissette Orozco / 2017

18/03 Pauline s’arrache / Émilie Brisavoine / 2015

Más información en el sitio del Centro Cultural Matucana 100 : http://www.m100.cl/programacion/ciclo-francesas-y-chilenas/

Cycle de cinéma chilien janvier-février 2018, Université Rennes 2

Grâce à la présence du professeur invité Carlos Contreras, de l’Université de Concepcion, Chili, nous avons le plaisir de vous convier à la projection de 3 films chiliens sous-titrés par ses étudiants.

Les projections auront lieu à la MSH-B (2 av. Gaston Berger, Rennes) tous les jeudi à 18h15. Chaque film fera l’objet d’une présentation et d’un débat.

Nous avons commencé le 25/01, par Violeta de A. WOOD, le débat a porté sur les difficultés de traduction du langage populaire: cinéma et chanson. Ensuite nous avons discuté sur le film Neruda, de Pablo LARRAIN et les controverses autour du “biopic”, en termes de véracité historique et/ou liberté fictionnelle. Notre dernière séance aura lieu le 08 février et nous allons présenter un autre film de Andrés WOOD, Machuca, en abordant la politique éducative qui déclanche l’histoire centrale du film.

Vous êtes tous cordialement invités!

Rennes: Réalisatrice chilienne Marcela Said au TNB, 10 décembre 2017

Mariana

de Marcela Said
Avec Antonia Zegers et Alfredo Castro
(Tony Manero, Post Mortem, No, El club… de Pablo Larrain)
Fiction – 2016 – France – Chili / VOSTF / durée 1h34

Formidable portrait d’une femme qui cherche à s’émanciper, MARIANA est aussi un portrait de la grande bourgeoisie chilienne qui voit re-surgir les fantômes de la dictature de Pinochet.

Avant-première spéciale avec la réalisatrice,
Dimanche 10 décembre à 18h00
Ciné-TNB à Rennes

  • PRIX DU JURY
    FESTIVAL AMÉRIQUE LATINE DE BIARRITZ
  • GRAND PRIX HORIZONTES
    FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE SAN-SEBASTIAN
  • MENTION SPÉCIALE DU JURY
    FILMFEST MÜNCHEN

Mariana, une quadragénaire issue de la haute bourgeoisie chilienne s’efforce d’échapper au rôle que son père, puis son mari, ont toujours défini pour elle. Elle éprouve une étrange attirance pour Juan, son professeur d’équitation de 60 ans, ex-colonel suspecté d’exactions pendant la dictature. Mais cette liaison ébranle les murs invisibles qui protègent sa famille du passé. Jusqu’où Mariana, curieuse, insolente et imprévisible sera-t-elle capable d’aller ?

Voir la bande annoce:

Interview en français pour la Semaine de la critique à Cannes (2016)

Pour plus d’informations sur Marcela Said et son travail, voir sur le site : http://www.semainedelacritique.com/fr/realisateurs/marcela-said

Restauration numérique film Raul Ruiz sur la Loi Indienne de l’Unité Populaire

Pendant les années de l’Unité Populaire, la question de terre mapuche a eu une place importante dans le programme du gouvernement. Le cinéaste Raul Ruiz a enregistré une manifestation massive à Temuco en 1971 où Allende s’engage avec le peuple mapuche pour une nouvelle Loi Indienne. La seule copie de ce document filmique «Ahora te vamos a llamar hermano» se trouvait dans l’Archivo Storico delle Arti Contemporanee en Italie et avait été projeté pour la Biennale dans le programme de octobre 1974 “Témoignages cinématographiques sur le Chili” (Testimonianze cinematografiche sul Cile). Il a été restauré en Bologne en 2012. Au Chili il a eu son avant-première au 19° Festival International de Cinéma de Valdivia en 2012.

Fiche technique “Ahora te vamos a llamar hermano”

court métrage fiction
Format: 16mm
Duration: 20 min.
Date de réalisation: Chili (1971)
Autre titre : Désormais nous allons t’appeler frère
Réalisé par : Raoul Ruiz
Synopsis :

Le film a pour sujet la première loi proclamée par Allende à son arrivée au pouvoir. Cette loi fait des indiens Mapuchi des citoyens à part entière, bénéficiant de tous les droits. Manifestation de liesse de la foule et discours des indiens. Film tourné en 1 jour.

Scénario : Raoul Ruiz
Montage : Carlos Piaggio
Production : Citelco
Image : Mario Handler
Son : José de la Vega
Prix, Festivals : Venise 1974, Pesaro 1971, Madrid 1971, Londres 1971, Bruxelles 1971, Rotterdam 1972

Cinéma: Le Procès Pinochet

Genre : Documentaire
Origine : Français
Réalisateurs : Sarah PICK  et Fabien LACOUDRE

Année: 2015
Durée : 79 mn.

Ce film restitue les 8 jours d’audience du procès de la dictature du général Pinochet.Un document inédit et capital pour l’histoire, pour la mémoire et pour la justice.

Les réalisateurs parlent du projet:

“Le 8 décembre 2010 s’ouvre devant la cour d’Assises de Paris le procès dit Pinochet.
Treize responsables chiliens et un argentin sont jugés en absence pour arrestations et séquestrations accompagnées de tortures et d’actes de barbarie dans les cas des disparitions de quatre citoyens français au Chili sous la dictature du général Pinochet.
Au cours des audiences, près d’une trentaine de témoins mais aussi d’experts venus du monde entier défilent à la barre, reconstituant ainsi, de manière implacable, 37 ans après les faits, les circonstances de l’élimination des quatre citoyens français dans le contexte social et politique du Chili.
Alors qu’on recense officiellement 1 198 cas de disparition, 3 197 exécutés politiques et près de 30 000 cas de torture, les crimes de l’Humanité ayant eu lieu sous la dictature de Pinochet restent encore largement impunis au Chili. Pour la première fois, et au-delà des cas des quatre Français, c’est l’ensemble de la dictature et de l’appareil répressif mis en place par la junte militaire qui sont jugés lors de ce procès qui revêt une portée juridique importante sur l’avènement progressif d’une justice internationale. Impossible au Chili, un tel procès a pu être ouvert en France en vertu de la législation française, et en raison de la nationalité des quatre Français.
Etant donné la dimension historique et universelle de ce jugement – inédit, à l’instar des procès Barbie, Touvier et Papon, pour crimes contre l’Humanité – le président de la cour d’Assises ordonne son enregistrement pour l’histoire, la justice et la mémoire.
Le 13 mars 2013, à la demande de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), le Tribunal de Grande Instance de Paris délivre l’autorisation d’utiliser les archives filmées et donne son feu vert à leur diffusion dans le cadre de notre projet de documentaire.
En juillet 2013, les Archives nationales nous remettent plus d’une cinquantaine d’heures d’enregistrement, soit l’intégralité du procès.
Sur la cinquantaine d’heures d’archives ainsi récupérées, et après plus d’un an et demi de travail, nous avons réalisé un film documentaire de 79 minutes intitulé « Le Procès Pinochet ».
Sans ajouts de commentaires et sans voix off, « Le Procès Pinochet » reconstitue de manière très fidèle le déroulement du procès depuis son ouverture jusqu’à la lecture du verdict.
Le film forme un ensemble d’archives unique, un témoignage pour l’histoire et la mémoire des générations futures.”

Source : Le Procès Pinochet

Pour plus d’informations sur ce procès, voir le dossier sur site de la FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme).

Sortie en France du film chilien El Club

El Club : le film polémique sur l’Eglise chilienne

El Club film

El Club : le film polémique sur l’Eglise chilienne

Dans El Club, huis-clos de prêtres criminels, Pablo Larraín (qui dénonçait dans No la puissance du marketing) s’attaque à l’un des tabous de l’Eglise. Alors que les scandales de prêtres pédophiles se sont multipliés au Chili ces dernières années, le réalisateur dénonce la complicité des institutions catholiques, qui cachent les prêtres dans des maisons qui s’apparentent davantage à des résidences secondaires qu’à des lieux de pénitence.
Une impunité largement montrée dans le film, où aucun des quatre hommes d’Eglise ne montre de repentance envers ses crimes. Les contraintes sont légères et posées par une sœur qui se répand en sourires condescendants qui soulignent que « tout va bien ici ». Jardinage, courses avec le lévrier de la maison, tous paraissent libres et vides de toute remise en question.

Notre avis sur le film :

Le spectateur est pourtant bien vite happé par le flot du passé de ces hommes. Il prend la forme – presque d’une insupportable crudité – du témoignage d’un ancien enfant de chœur, victime des abus du dernier arrivé. Cette terrible litanie fera office de refrain au film, de plus en plus noir et violent.

[U]ne narration glaçante.

Car les coups aussi sont crus, brutaux, sans artifices esthétisants, pour quelques scènes qui mettent en images la tension et la violence intérieure des personnages.
Dans la brume partout présente, c’est un véritable procès de l’Eglise qui se tient. Pétri de haine, l’ancienne victime, transformée en brute à la personnalité ambiguë, promet de « faire un ragoût de curé« , tandis que le jeune prêtre envoyé en mission d’enquête se heurte au silence obstiné de ces pénitents qui croient encore incarner les valeurs catholiques. Deux Eglises se confrontent : la progressiste, qui tend à dialoguer avec la société et à lui avouer ses fautes, et la conservatrice, désireuse de garder ses secrets enfouis.

Lauréat d’un Ours d’Or au dernier festival de Berlin, El Club s’empare d’un thème rarement porté à l’écran et réussit le pari de dénoncer sans être catégorique, par le simple fait d’une narration glaçante.

On ne peut ressortir indemne de El Club. L’ambiance est pesante, les mots sont durs, la violence partout suggérée. Oserait-on dire que c’est trop en faire ? Peut-on reprocher la grandiloquence d’un film qui se veut avant tout un pavé jeté dans les marécages insalubres de l’Eglise chilienne ?

Source: http://publikart.net/el-club-le-film-polemique-sur-leglise-chilienne/#

Synopsis et infos :

Dans un village de pêcheurs, une maison accueille de curieux habitants : quatre curés, cachés par l’Eglise, font leur pénitence sous la surveillance d’une soeur. Accusés de pédophilie, ils sont à l’abri de tout. Jusqu’à ce qu’un commanditaire de l’Eglise vienne enquêter après le suicide de l’un d’entre eux…

Sortie : le 18 novembre 2015
Durée : 1h37
Réalisateur : Pablo Larraín
Avec : Alfredo Castro, Roberto Farías, Antonia Zegers
Genre : Drame

La Bande annonce :

RAOUL RUIZ – Agenda – Maison de l’Amérique Latine

RAOUL RUIZ

HOMMAGE

19 NOV 2015 À 19H, Maison de l’Amérique Latine (217, bd. Saint-Germain 75007 Paris)

A l’occasion de la parution du livre de Benoît Peeters et Guy Scarpetta :

  • Projection d’un court métrage inédit du réalisateur franco-chilien Raoul Ruiz, Colloque de chiens (1977, 22′)
  • Présentation du livre RAOUL RUIZ le magicien par les auteurs

Si Raoul Ruiz (1941-2011) est reconnu dans le monde entier, sa filmographie reste labyrinthique et les informations à son propos sont lacunaires et fréquemment erronées. Ce livre permet enfin de prendre la mesure d’une œuvre majeure du cinéma moderne.

Dans ses conversations avec Benoît Peeters, Ruiz évoque son parcours de manière vivante et paradoxale ; il se révèle également comme un penseur du cinéma aussi profond qu’original. Après un beau portrait du cinéaste, Guy Scarpetta analyse de manière approfondie neuf de ses films les plus importants.

Abondamment illustré, ce livre propose aussi des entretiens avec des actrices et acteurs : Anne Alvaro, Feodor Atkine, Arielle Dombasle, John Malkovich, Jacques Pieiller, Melvil Poupaud, Edith Scob, Christian Vadim, Elsa Zylberstein, ainsi qu’avec sa femme, la cinéaste Valeria Sarmiento.

en savoir + sur le livre

Artistes invités : Anne Alvaro, Feodor Atkine, Arielle Dombasle, Jacques Pieiller, Melvil Poupaud, Edith Scob

Source: RAOUL RUIZ – Agenda – Maison de l’Amérique Latine

Documentaire sur Allende gagne prix au Festival de Cannes

allende documentalLe prix “L’œil d’or” du Festival de Cannes 2015 revient à Marcia Tambutti Allende pour Allende, Mi abuelo Allende (Au-delà d’Allende, mon grand-père).   

Marcia Tambutti Allende présentait ce documentaire dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs. Au Chili, trente cinq ans après le coup d’État qui a renversé son grand-père, Salvador Allende,  elle retrouve les souvenirs familiaux, les images de leur vie quotidienne. Un passé intime qui lui est inconnu, enterré sous l’image politique d’Allende.

Scène du documentaire:

Source: Franceinter.fr

Ver noticia en español: Elmostrador.cl

“Allende en su laberinto”, film de Miguel Littin

Voir interview de Miguel Littin à la chaine de télévision CNNchile (07/sept./2014):

Patricio Guzmán à la Berlinale 2015, Festival du Film de Berlin 64e édition

Patricio Guzmán, réalisateur chilien établi à Paris, a gagné ce samedi 14 Février l’ours d’argent – prix meilleur scénario- pour son dernier film Le bouton de Nacre” (El botón de Nácar).

afiche el boton de nacar

Le bouton de Nacre est une histoire sur l’eau, le Cosmos et nous. Il part de deux mystérieux boutons découverts au fond de l’Océan Pacifique, au large des côtes chiliennes. Voir un résumé.

Voir la fiche technique dans l’Enciclopedia del cine chileno.

Voir aussi la participation du réalisateur sur le site officiel du Festival Berlinale.

“La dance de la réalité” de Alejandro Jodorowsky

Coproduction Chili -France-Mexique, le film La dance de la réalité (2013) recrée la vie du réalisateur franco-chilien Alejandro Jodorowsky, notamment la période de son enfance dans sa ville d’origine Tocopilla, au nord du Chili.

Voir la fiche technique dans l’Enciclopedia del cine chileno

Voir aussi la bande annonce officielle:

Alejandro Jodorowsky et Pascale Montandon, face à leur public suite à la projection de « La Danza de la Realidad » (La Danse de la Réalité) au festival Utopia cinéma L’Ecran à St-Denis en Février 2014.

29 nov. 2014 journée nationale du cinéma chilien

Date choisie en commémoration de la disparition forcée de l’actrice Carmen Bueno et de son compagnon le cameraman Jorge Müller ayant eu lieu le 29 nov. 1974.

En cette année 2014, le Ciné club et la Cineteca de l’Université du Chili ont organisé la projection des prises de vue inédites que Jorge Müller a enregistrées à peine 5 jours avant sa disparition.

ImageServlet

Sur l’histoire de la tragique disparition du couple et la mise en place d’une journée du cinéma chilien , voir :
http://cinechile.cl/crit&estud-389

Sur la programmation des enregistrements inédits de J. Müller, voir :
http://www.icei.uchile.cl/agenda/107073/dia-del-cine-chileno-filmaciones-ineditas-de-jorge-muller

Connexions sur le TEMPS LONG / Conexiones en el TIEMPO LARGO