Archives par mot-clé : séminaire/seminario

22.04.2021 Table ronde « Luttes, résistances d’artistes en Amérique Latine : études de cas, résurgences »

Table ronde organisée par Mildred Duran et Sandrine Ferret le jeudi 22 avril, 10h00-14h00, salle recherche UFR ALC, bâtiment B, Université Rennes 2.

Jeudi 22 avril 2021, 10h00-14h00:

Lien zoom : https://zoom.us/j/91880495563?pwd=QWFRckE4OTFnTjE3Z2RHalh1dldMZz09

Pour plus d’information voir le Carnet de recherche de l’équipe PTAC (Rennes 2)

Le programme:

10h00 : Présentation de la journée, Mildred Duran, Sandrine Ferret.

10h15 : Sandrine Ferret : Alfredo Jaar, Les oubliés de l’histoire.

Entre 1994 et 2000 Alfredo Jaar, développe son projet sur le Rwanda, dans ce travail il s’interroge sur la manière dont les médias occidentaux ont durant plusieurs semaines passées sous silence ce drame qui a fait plus de 800000 victimes, puis comment ils ont stigmatisé celles-ci lorsqu’ils ont finalement décidé de révéler l’ampleur du drame. Pour Alfredo Jaar, l’image médiatique manque à informer, ce à double titre, parce qu’elle est absente quand il s’agit de parler des populations du sud, et parce qu’elle déborde de présupposés colonialistes quand elle est affichée. Pour tenter de résister à cela Alfredo Jaar développe dans The Rwanda project une stratégie d’effacement de l’image, au profit de la lumière, du texte et de la mise en scène. 10 ans plus tard, appelé pour rendre hommage aux disparus de la dictature chilienne l’artiste reprend cette stratégie, mais ici sa posture est différente, Chilien, lui-même victime de la dictature de Pinochet, il entreprend de restaurer une mémoire collective dans un musée appelé : Musée de la mémoire et des droits de l’homme.

10h45 : Javier Dominguez : Art et Politique : Esthétique de la révolte dans le Chili contemporain.

Depuis octobre 2019 le Chili connaît une ère de révoltes sans précédents, en refus d’un modèle économique social et culturel étant perçu comme caduque. Dans un climat de violences policières, ainsi que des violations massives et soutenues des Droits Humains, ces dernières révoltes semblent marquer un point de non-retour. Dans ce contexte de changement, de destruction créative et de mouvement perpétuel des schémas imposés, quelles sont les manifestations artistiques et culturelles prédominantes dans cette période ? Cette rencontre vise à partager un point de vue sur la question esthétique des événements de transformation en cours.

11h15 : Elodie Chabaud : L’intervention artistique collaborative comme manifestation de résistance au Chili durant le soulèvement populaire de 2019-2020 : les propositions de Las Tesis et de FUEGO Acciones en Cemento.

Depuis le mois d’octobre 2019, le Chili vit une crise sociopolitique qui débute par un soulèvement populaire massif en réponse aux inégalités qui touchent tous les secteurs de la société, à la montée de la répression policière, mais aussi à une justice sociale inopérante. Dans ce contexte, nous avons pu observer un grand nombre de manifestations artistiques dans l’espace public, comme formes d’expression des idées contestataires, émanant souvent de processus d’organisation collaborative. Comment les collectifs artistiques investissent-ils l’espace public urbain pour mettre en lumière les revendications du peuple, et rompre avec les formats habituels d’organisation de l’intervention artistique ? Quels échos ces démonstrations de résistance ont elles suscité auprès de la population locale, nationale et internationale ? Nous analyserons deux interventions artistiques pluridisciplinaires présentées à Valparaíso, qui placent le collectif aucœur de l’espace public et donnent voix aux luttes des femmes et groupes dissidents.

11h 45 : Échanges

12h-13h Pause

13h : Mildred Duran : Déceler, convoquer, partager, quelques stratégies d’artistes et leur rapport aux mouvements sociaux en Colombie.

En partant de différents types d’actions collectives et de ce qui caractérise ou définit les mouvements sociaux (Della Porta et Diani, 2006), il est question d’étudier ce qui anime les artistes à s’interroger sur les rapports entre art et politique, à interagir avec des mouvements sociaux ou avec des initiatives de protestation sociale, à comprendre les luttes multiples qui les provoquent dans un contexte baigné par la violence chronique du conflit armée en Colombie. Qu’est-ce qui pousse les artistes à s’intéresser aux luttes sociales ou à déclencher des projets d’action collective spécifiques ? Au-delà de la simple contestation ou de la provocation, quelles sont les stratégies que ces artistes privilégient dans leurs pratiques ? Quels sont les mécanismes qu’ils adoptent afin de créer, de nouer et de consolider des rapports et des expériences collectives avec différentes populations ? Nous tenterons de répondre à ces questions à travers l’analyse des propositions de Raphaël Faön et Andrés Salgado, de Doris Salcedo et de Liliana Angulo qui convoquent, partagent ou invitent à une expérience et une réflexion critique en dépassant les limites esthétiques.

13h30 : Camille Malderez : Résurgence du mouvement anthropophage.

À partir du numéro spécial de la revue The Brooklyn Rail, qui a consacré son numéro ce mois-ci au mouvement anthropophage, demandant notamment à 8 artistes de créer en repensant le mouvement anthropophage en résistance à la situation actuelle, cette communication interrogera la résurgence du mouvement anthropophage dans l’actuel contexte politique Brésilien. 

14h Échanges et clôture

Sur les intervenants:

Élodie Chabaud est chargée de l’action culturelle au sein de l’association L’Âge de la tortue (Le Blosne, Rennes), enseignante et chercheuse indépendante. Diplômée en interculturalité et en gestion de projets culturels avec un mémoire de Master sur le modèle d’action culturelle du Parque Cultural de Valparaíso, Chili (Université de La Rochelle). Elle a travaillé de 2013 à 2019 en tant que chargée de projets culturels et de médiation artistique au sein de diverses structures d’éducation populaire et de diffusion artistique à Valparaíso (Balmaceda Arte Joven, Puerto de Ideas, Parque Cultural de Valparaíso). En 2019, elle a développé un projet participatif de médiation artistique autour des arts visuels centré sur les droits culturels des séniors dans le cadre du projet « Gaudí en Valparaíso ». Récemment installée à Rennes, elle s’intéresse particulièrement à la mise en pratique des droits culturels, aux dynamiques socio-culturelles liées à l’art, et aux mouvements sociaux et féministes du Chili.

Mildred Durán est historienne de l’art, critique d’art et commissaire d’exposition. Ses recherches portent sur l’art et violence, les rapports interculturels et les pratiques performatives en privilégiant l’étude des expressions de l’art extra-occidental. Chargée de cours en Histoire de l’art au Département d’arts plastiques à Rennes 2, elle est chercheuse associée à l’EA 7472 PTAC et est membre du comité de rédaction international de la revueInter art actuel.

Sandrine Ferret est professeure des universités à Rennes 2, directrice de l’EA 7472 Pratiques et Théories de l’Art Contemporain, ses travaux portent sur la photographie document, ils interrogent en particulier son rôle politique dans les processus de restauration de mémoires collectives défaillantes.

Javier Dominguez a une formation de plasticien à l’université Rennes 2, il est aussi mécanicien de bicyclettes. De nationalité chilienne, il questionne, depuis le début de son parcours, les limites plastiques de la danse. Parmi ses recherches on trouve 6665, EFPOFIFION(2013) ; la chorégraphie Étude Publique Nº2, (Midi pile, 2015) ; Trois Étalons, FACT’ION – PERFORMANCE, (2018). Il a été le commissaire de l’exposition itinérante Valparaíso-Caminante(2009-2011) ; co-commissaire de l’exposition Un peu de ce n’importe quoi nécessaire(2014), co-commissaire de l’exposition monographique Harun Farocki, Screenshot, (2017) entre autres. Depuis mars 2019, il est directeur audiovisuel et chercheur au sein du projet El Cuerpo Es Presente, dont le sujet principal est la question de l’improvisation en danse. Lors des révoltes chiliennes d’octobre 2019, et en conséquence de ces dernières, il participe à la création de l’École Populaire d’Arts et Métiers d’Olmué au Chili, qu’il dirige jusqu’en octobre 2020. Actuellement il travaille à la création et à la direction artistique de l’œuvre de danse Querido Antropoceno, financée par le Fond Chilien de la Culture (FONDART).

Camille Malderez est actuellement doctorante à l’EA 7472 PTAC, sa thèse Regards croisés France BrésilÉchanges et influences des mouvements anthropophages cherche à établir si ce mouvement conceptuel brésilien connait des résurgences dans les pratiques artistiques contemporaines, en particulier dans le contexte politique actuel du Brésil. Sa codirectrice de thèse Regina MELIM, est professeure à l’UDESC, à Florianopolis au Brésil. 

Atelier Collex-persée: Réseaux plurisdisciplinaires et pratiques documentaires: les transitions politiques en Amérique latine dans les années 1960/2000

Le membre de notre collectif, Daniela Durán Cid, a participé à l’atelier Collex-Persée sur les réseaux pluridisciplinaires et les pratique documentaires, organisé à La Contemporaine (ancien BDIC), à Nanterre, Paris le 19 février 2019.

Sa présentation intitulée « La coopération française au Chili pendant la réforme agraire » a abordé le travail d’archives réalisé lors de sa thèse doctorale, soulignant des aspects importants tels que les types de documentation retrouvée, ses caractéristiques et intérêt scientifique, ainsi que sa gestion et classification. 

info Paris: Fondation Maison des Sciences de l’Homme

24 février 2017, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Collège d’Études Mondiales.

LA GRANDE RUPTURE DU CHILI. INSTITUTIONALITÉ POLITIQUE ET ACTEURS SOCIAUX.

Manuel Antonio Garretón et Alain Touraine décryptent le système socio-économique du Chili

Geoffrey Pleyers invite Manuel Antonio Garretón (Université du Chili, Prix national des sciences sociales) et Alain Touraine (CADIS/EHESS), le 24 février, dans le cadre de son initiative « Mouvements sociaux à l’âge global« .

Au Chili, le système socio-économique est basé sur la domination de l’argent, du marché et des intérêts privé sur le politique, le commun et le social. Le système institutionnel et politique est construit pour préserver, reproduire et incarner ce principe dans les comportements collectifs et les institutions. C’est la contradiction et la crise structurelle de laquelle on ne peut sortir que par un changement profond et radical : le remplacement du modèle socio-économique et un nouveau système politico-institutionnel.

Autour du livre « La Gran Ruptura. Institucionalidad política y actores sociales en el Chile del siglo XXI », LOM, 2016  http://www.manuelantoniogarreton.cl/

Détails

Salle 3 | Le France | 190 avenue de France | 75013 Paris

24 février 2017 | 11h00

Accès libre

plus de info voir su le site: http://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/27853

 

Débat sur le réveil démocratique du Chili à l’IHEAL

Le réveil démocratique du Chili
Une histoire politique de l’exigence de justice
(1990-2016)
En présence de l’auteure Marie-Christine Doran
École d’études politiques, Université d’Ottawa
 
Débat animé par
Sébastien Velut – IHEAL
 
Commentaires
Camille Goirand – IHEAL
Yvon Le Bot – EHESS
 
avec la participation d’Alain Touraine
 
Jeudi 2 juin 2016 de 17h à 19h à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, 28 rue Saint Guillaume, 75007 Paris, Salle C
 
Le débat sera suivi d’un vin d’honneur
Inscription : iheal@univ-paris3.fr
Événement organisé par l’Institut des Hautes Études de L’Amérique latine (IHEAL) en partenariat avec Karthala Éditions.
Sorti de la dictature du général Pinochet en 1990, le Chili a été considéré comme un modèle pour sa transition, pour la stabilité de ses institutions démocratiques et sa réconciliation nationale. Comment alors comprendre la vivacité des revendications démocratiques qui, vingt ans plus tard, marquent encore l’actualité chilienne, et ce notamment depuis 2012 ? Qui sont les acteurs de cette nouvelle vague d’émancipation politique et pourquoi demandent-ils la transformation du modèle chilien, dénonçant une démocratie sans justice portée par les gouvernements de la transition et instaurée au nom de la peur du conflit social ? Les impacts de cette remise en question sont analysés ici à travers les moments marquants de l’histoire politique récente dont la clé de voûte est l’émergence, dans une partie de la population chilienne, notamment les jeunes, d’un vaste mouvement pour la justice. Pour l’écriture de cet ouvrage, Marie-Christine Doran s’est appuyée sur une documentation inédite, issue de multiples études de terrain et d’un vaste matériel d’interviews de 1990 à 2015. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage un portrait, souvent méconnu, de la vie politique contemporaine au Chili et du rôle fondamental joué par les droits humains.
reveildemochili

Séminaire, 3 déc. 2014, U. Paris Diderot, (In)justices sociales et inégalités. Le cas chilien [Online]

L’Association Française de Sociologie – GT 44 : Justice Sociale
en partenariat avec le
Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP) : Axe Théorie sociale et pensée politique vous invite à la séance du Séminaire sur
Justice Sociale
3 décembre, 17h – 20h
Université Paris Diderot, Rue Albert Einstein, 75013 Paris
Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 870

Diaporama présenté le jour du séminaire

 
« (In)justices sociales et inégalités. Le cas chilien. »
« Judgements about Inequality and Economic Elite among the Middle Classes : Discontents and Sociology of Critique »
par
 Emmanuelle BAROZET – FASCO, Universidad de Chile
et
Oscar MAC-CLURE – Universidad de Los Lagos
ByN_1Présentation (en français) du travail d’une équipe installée au Chili, qui a mis en place au cours des dernières années les études « Tolérance face aux inégalités : valorisations symboliques, classifications sociales et légitimation subjective » et « Du micro jugement critique à la critique systémique : pour une sociologie de la critique au Chili ». Ce travail (cf www.desigualdades.cl, site traduit en français), financé par la Commission chilienne de la recherche scientifique (CONICYT), rend compte des mécanismes qui contribuent à la justification des inégalités au Chili, ainsi qu’à la critique sociale qu’elles suscitent, depuis la subjectivité des acteurs. Plus que les inégalités elles-mêmes, amplement étudiées par la sociologie latino-américaine, ils analysent la justice sociale en tant que jugement subjectif porté sur les inégalités dans un double contexte de prégnance du modèle néolibéral et de contestation récente de l’ordre social de la part de divers mouvements sociaux. Le cas du Chili est dans ce domaine particulièrement intéressant, considérant qu’il s’agit d’un des pays qui a mis en place un système néolibéral avant son installation dans les pays anglo-saxons et ou les inégalités socio-économiques sont parmi les plus fortes en Amérique latine. Les classes sociales et les rapports de domination y sont donc plus marqués, mais il existe cependant depuis 2011 d’importants mouvements sociaux pour changer la donne sociale.
Sur la base des résultats de l’application de méthodes expérimentales en sciences sociales, ils analysent les critères de justice sociale qu’utilisent des « personnes ordinaires » en ce qui concerne les différences qui existent entre les membres de la société. Partant d’une inspiration libre de la méthodologie mise en place par Boltanski et Thévenot, « Finding one’s way in social space: a study based on games » (1983), ils ont voulu comprendre les manières de qualifier et de classer les « autres », qu’ils appartiennent à différentes strates de la société ou plus directement à l’élite économique, dans une situation concrète d’interaction sociale, ce qui permet l’expression de jugements sur les injustices sociales. Ils argumentent que les critères qu’avancent les « gens ordinaires » en ce qui concerne les différences sociales entre les individus s’éloignent des critères propres du discours néolibéral sur l’égalité des chances et s’inscrivent aussi dans une demande de justice procédurale.ByN_1

Le Chili au tournant du siècle, fin XIX-début XX, 9 oct. 2014, voir documents en ligne

2014_10_09_annonce séminaire_Chili_2 mapasPour voir l’annonce du séminaire en pdf, CLIQUEZ ICI


CLIQUEZ ICI : Pour consulter l’article en pdf de
Carlos OSSANDÓN BULJEVIC intitulé:
« Espacios públicos-privados e intelectuales », Revista Anales, Séptima serie, nº7, noviembre 2014, p.53-57.


CLIQUEZ ICI : Pour accèder à l’ouvrage de Álvaro Bello
Nampülkafe. El viaje de los mapuches de la Araucanía a las pampas argentinas